AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Partagez | 
 

 [HOTHOT] Je te veux, ici, tout de suite ― Pornoboy & Miles

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Invité

« Invité »
IDENTITY CARD




MessageSujet: [HOTHOT] Je te veux, ici, tout de suite ― Pornoboy & Miles   Dim 6 Mar - 3:46


Miles sortait d'un club après avoir fait la fête toute la nuit pour se changer les idées de son nouveau boulot au bowling. Il était assez réchauffé, mais il ne voulait pas non plus commander de taxi parce que le club n'était pas trop loin de l'hôtel, alors il se mit à marcher, marcher croche et pas très vite, mais l'air frais lui faisait du bien. Ses vêtements étaient imprégnés par l'odeur de plusieurs femmes avec qui il aviat dansé, mais il ne voulait pas avoir une aventure d'un soir, alors il avait arrêté de boire avant de ne plus savoir ce qu'il faisait réellement. Après tout, il voulait quand même gardé des souvenirs de sa nuit, elle était quand même très bonne. Il était aux al;entours de trois heures du matin quand Miles atteignit les petites ruelles. Vu son gabarit, même saoul comme il l'était, personne n'oserait s'attaquer à lui et puis il n'avait pas vraiment peur. Il s'y enfonça tranquillement, le noir l'aidant à remettre ses pensées en ligne droite. Soudain, il percuta quelque chose de chaud et mou, mais dur en même temps. Il s'arrêta, mit ses mains devant lui et rencontra le torse d'un homme. Ben oui, c'était un homme puisque ses doigts ne tâtèrent aucunes rondeurs.

« Pardon, désolé. »


Dit-il à l'homme en face de lui, même s'il ne voyait pas son visage. Sa respiration sentait l'alcool, mais celle de l'homme aussi. Ils étaient relativement proche, probablement du au fait que Miles ne s'était pas reculé en lui rentrant dedans et qu'il tenait l'inconnu par une épaule et avait toujours son autre main sur son torse, mais rien de déplacé. Enfin, pour l'instant (aa)
Revenir en haut Aller en bas

avatar
« Nathaniel Crawn »
IDENTITY CARD

Masculin
→ PAPIERS : 1332



MessageSujet: Re: [HOTHOT] Je te veux, ici, tout de suite ― Pornoboy & Miles   Lun 7 Mar - 0:43

Poison mortel, coule dans ses veines. Et c’est le corps qui convulse se tordant sous les rythmes psychédéliques de la musique bourdonnant dans ses oreilles. Et c’est les corps qui se nouent, se lient dans une caresse, dans un soupir, le temps d’un partage, d’un baiser violent incontrôlé. Plus rien ne réponds, tout s’entrechoque, les sons se mélangent et les odeurs disparaissent. Il n’y a plus de bruit, qu’un incroyable tohu-bohu qui pulse à ses oreilles le rendant peu à peu fou. Perdu, regard vitreux, l’homme chercher désespérément à comprendre ce qu’il fait ici. Il titube, s’accroche à une taille, s’accoude au comptoir avant d’enfin retrouver la sortie. Dehors la nuit est calme, propice aux rêveries et elle dépose sur sa peau un voile de fraîcheur qui le fit légèrement frissonner. L’alcool il ne connaissait plus. Quelques verres et le voilà propulsé dans les nuages, à mille lieu de la terre incapable de contrôler quoi que ce soit. Et il rit. Bras écartés l’homme tournoie en chantonnant des chansons paillardes apprises lors de ses voyages dans les campagnes françaises. Il chante et des regards se posent sur lui, s’arrêtent un instant et puis l’oubli. A ce genre de soirée tous le monde fini dans cet état. Il n’est pas rare d’en voir un ou deux sombrer sur l’asphalte ou encore s’évanouir sous la puissance de l’alcool. Poison mortel, coule dans ses veines. Un verre de trop et voilà ce qu’il devient. Une épave dont le corps transporte des odeurs féminines s’acharnant à provoquer son odorat. Il n’aurait pas du. Lui qui était contre toutes formes de dépendances, lui qui les trouvaient si pitoyables à boire ainsi voilà qu’il faisait partie du groupe, de la norme, Ô mais qu’il détestait cela ! Mais… Peut importe, il est trop tard pour regretter alors il marche, titube, se concentre vainement sur le bruit de ses pas martelant le sol sans vraiment savoir où il va. La tête il l’a dans les étoiles et son regard acier danse de gauche à droite en mélangeant la terre et le ciel. Perdu. Ses mains touchent quelque chose de froid, un semblant de mur peut-être. Ici il y a des maisons, des gens ont la chance d’avoir ce soir connu Morphée et, plein de rage Nate se met soudain à hurler avant d’éclater d’un rire démentiel. Au loin un chien aboi sa colère et devant lui un chat vient de fuir dans un grognement menaçant. L’homme ne rit plus et tout sourire semble disparaître de ses lèvres. Ses paupières tombent un instant et il trébuche violemment. Simple reflexe et ses mains se tendent percutant une chose étrange qu’il ne su identifier de suite. Sa main reste là, immobile sur ce torse de l’inconnu dont la voix grave parvient à faire sortir l’ombre d’un instant la transe étrange dans lequel Nate était plongé. Ce dernier lève la tête, tente d’apercevoir l’inconnu plus grand que lui dont les muscles qu’il sent sous ses doigts provoque en son corps d’étrange convulsions dont il aimerait comprendre le sens.
L’alcool, l’alcool. Il coule encore poison mortel et Nate ne peut se débattre contre son pouvoir mesquin qui altère sa raison et donne à ses autres sens le pouvoir le dominer entièrement.

« Rien de grave. »

Voix méconnaissable, roque, profonde à l’image de l’état dans lequel l’homme se voyait plonger. L’inconnu était proche, immobile et Nate demeurait incapable de se détacher de lui. Il sentait sa main forte poser sur son épaule tandis que l’autre perdurait sur son torse. Faisait-il chaud où était-ce un nouveau mirage du aux effets de l’alcool ? Nate n’aurait su le dire mais, le regard encré dans celui de l’inconnu il se sentit s’approcher doucement alors que sa main glissait le long de son corps à l’écoute de ses pulsions qui lui dictaient d’agir de la plus fourbe des façons…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

« Invité »
IDENTITY CARD




MessageSujet: Re: [HOTHOT] Je te veux, ici, tout de suite ― Pornoboy & Miles   Lun 7 Mar - 8:31


Mû par un sentiment déformé par son taux d'alcoolémie anormal, Miles eut un long frisson quand l'inconnu lui répondit qu'il n'y avait rien de grave. Une sensation nouvelle, chaude et stimulante, fit vibrer son regard d'une intensité magistrale quand il sentit la main de l'inconnu glisser le long de son corps, comme inévitablement attirée par la chaleur typique d'un homme saoul. Miles eut un petit sourire et plongea ses iris d'un bleu clair et limpide dans ceux, d'une couleur encore impossible à discerner pour le new yorkais, de l'inconnu. Comme s'ils étaient deux aimants, Miles se sentait transporté vers l'avant. La gravité qui les avait fait se foncer dedans continuait d'agir et le visage de Miles se rapprocha dangereusement de celui de l'inconnu. Dans un souffle à l'odeur fortement prononcée de whisky et de bonbon au caramel, Miles réussit à articuler plus ou moins clairement :

« Je m'appelle Miles. »

Il ne cessait de regarder les lèvres roses et presque tendues vers lui, puis de remonter ses yeux vers ceux de l'inconnu. La main sur son épaule avait raffermi sa prise tandis que celle sur son torse avait glissé jusqu'à son nombril, caressant sous son t-shirt sa peau qu'il devinait chaude et musquée par la sueur, agrémentée de divers parfums féminins et d'alcool. Sa paume sentait chaque muscles qu'il pouvait dessiner dans son esprit, que son toucher se languissait de manière animale, charnelle, de pouvoir frôler, retracer, sans son haut. Il ne voulait pas effaroucher l'inconnu, alors il le laissa venir à lui, plaçant son corps contre celui du jeune homme, il le dépassait de quelques centimètres, mais il avait penché sa tête vers l'avant, effleurant son nez contre celui de l'autre alcoolique. Il ne pu s'empêcher de sourire, doucement, comme il aurait sourit à une créature divine pour la charmer, l'entraîner dans son lit. Mais il avait ce désir violent, brûlant, qu'il commençait à ressentir avec plus de précision. Il en ignorait la raison, pourquoi est-ce que ce désir se manifestait seulement maintenant, pourquoi avec un homme qui plus es,t lui qui n'avait jamais eu d'Attirance que pour les femmes, ces êtres qui l'avaient tant fait rêvé enfant. La peur mélangée à l'excitation du moment tendait la mâchoire de Miles qui se tenait là, immobile, son corps hurlant à celui de l'inconnu de l'enlacer, de se presser contre lui.
Revenir en haut Aller en bas

« Contenu sponsorisé »
IDENTITY CARD




MessageSujet: Re: [HOTHOT] Je te veux, ici, tout de suite ― Pornoboy & Miles   

Revenir en haut Aller en bas
 

[HOTHOT] Je te veux, ici, tout de suite ― Pornoboy & Miles

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Remember That Day :: || Les arrondissements de Buenos Aires || :: Retiro; :: Les petites ruelles-