AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Partagez | 
 

 ▬ Faite l'amour pas la Guerre ▬ PV Bones

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

avatar
« Micael N. Turner »
IDENTITY CARD

Masculin
→ NOMS COMPLETS : Micael Nelson Turner
→ SITUATION : Célibataire mais Amoureux
→ PAPIERS : 322
→ BOULOT : Journaliste
→ J'AIME : Ma fille et mes Amis, Elle(s)
→ J'AIME PAS : Les épinards



MessageSujet: ▬ Faite l'amour pas la Guerre ▬ PV Bones   Mer 9 Mar - 22:29

&

Bone-Avery Pearley & Micael N. Turner

Buenos Aires, je crois qu’il n’y a pas photo, l’air y est bien diffèrent de Boston. J’aime l’Amérique mais l’Amérique ne me manque pas je suis tellement mieux ici, tout est diffèrent les gens, le paysage même l’air tellement plus frais. Par contre il y a bien un truc qui n’a pas changé c’est bien moi, en venant ici je ne me suis pas assagit, je ne suis pas devenu plus respectueux envers les femmes et autrui d’ailleurs. J’aime ce que je suis alors pourquoi changer ? Une femme ? Laissez-moi rire dans ce monde de brute rien ne sert de s’attacher on fini toujours pas en souffrir, même quand il s’agit de sa propre famille on souffre.

3 ans voilà le nombre d’années précises depuis la disparition de la femme que je respectais le plus, et encore j’ai souvent été odieux avec elle mais à quoi bon recenser le passer ? Il ne reviendra pas pour autant. Depuis que j’étais ici j’avais refait ma vie, des exs, des filles avec qui je couche régulièrement, un emploi, un beau petit appartement, j’avais même réussi à me faire quelques potes moi qui est d’habitude insociable et pourtant il y avait bien une chose que je n’aurais jamais mais alors jamais pensé. Coucher avec Bones. Non mais sérieux ? On se déteste toujours là pour se faire la misère pour se faire les pires coups inimaginable, elle m’avait pourri la vie pendant mon enfance et je pense bien que j’en avais fait autant envers elle. Et pourtant un soir après une dispute qui n’avait d’ailleurs ni queue ni tête je me rappelle même plus de quoi il s’agissait, je l’avais plaqué contre le mur l’embrassant de mille feu et alors que je pensais me prendre une bonne gifle et qu’elle me repousse ce fut le contraire quand je sentis ses mains dans mon dos et l’étreinte continuer. J’étais surpris mais agréablement car je continuais dans ce jeu jusqu’à ce qu’on franchisse le cap. Je venais de coucher avec Bones, la fille que je détestais le plus au monde et bizarrement la fille qui m’avait aussi fait venir à Buenos Aires. Plutôt bizarre dans l’histoire et pourtant alors que le lendemain matin une autre dispute éclata, à chaque fois qu’on se revoit la nuit on fini toujours dans le même lit ou autre lieu je dirais même. Alors que la journée c’est la guerre total.

Je crois que je suis bien incapable d’expliquer ce qui ce passe, je crois que je n’ai plus compris ce qui ce passer depuis le jour où j’ai décidé de venir vivre ici pour la retrouver, bien sûr elle ne le sait pas et je compte bien ne jamais lui dire. Après le décès de ma mère j’avais besoin de ressentir une autre haine, et la seule personne qui me mets hors de moi c’était bien elle, la seule fille pour laquelle j’arrive à haïr et pourtant au fond de moi … Ah je sais pas c’est tellement bizarre je l’aime pas et je me refuse d’avoir des sentiments pour elle, les seuls sentiments que je puisse avoir ne doit être que de la haine et de la méprise pour toutes ses années qu’elle m’a fait vivre, à me balancer à mes parents juste pour que je me fasse tuer par mon père.

Cela faisait maintenant 3 ans que j’étais ici et je me sentais vraiment bien, pour rien au monde je retournerais vivre à Boston pourtant j’y retourne parfois, pour une seule raison aller sur la tombe de ma mère, oui je fais le voyage de deux jours juste pour la voir du moins façon de parler, et à chaque fois je dis toujours la même chose au gens que je côtois que je suis indisponible, personne ne sait que ma mère est morte, personne ne sait que je vais sur sa tombe à quelques exceptions près c’est bête mais pour moi avouer ce genre de chose c’est avouer que j’ai une faiblesse, et je suis un homme d’une grande fierté surement mon plus gros défaut.

En ce qui concerne cette belle journée de samedi qui était entrain de se terminer j’avais décidé d’aller faire un tour en boite de nuit. J’avais envie de me changer les idées bien qu’en réalité c’est ce que je faisais tout le temps. Il était 20h00 quand je pris une bonne petite douche et que je commençais à me préparer pour aller faire la fête. Un petit jean, une petite chemise et des chaussures de ville bien sûr, du gel sur mes cheveux, du déodorant un peu de parfum et voilà que le tour était joué. J’étais fin prêt pour aller m’amuser mais il était que 20h30 un peu tôt pour se retrouver en boite de nuit quand même alors je partis dans un bar m’amuser avec quelques potes, draguant quelques femmes au passage puis le temps passait et nous décidions de tous aller en boite également avec les belles demoiselles que nous venions de rencontrer. Il était 2 heures du matin quand on rentra dans la boite de nuit il y avait déjà pas mal de monde. Les filles commencèrent déjà à danser à peine étaient-elles rentrés dans la boite de nuit alors que nous les mecs la première chose que nous fîmes fut d’aller au bar se servir un verre, un bon whisky et voilà que la soirée pouvait commencer. Les délires étaient déjà au rendez vous quand j’aperçu Bones à une table avec des amis à elle. Un sourire se dessina sur mes lèvres, un sourire que je fis disparaitre aussitôt. J’appelais le barman lui demanda de servir un verre de champagne à la jeune femme et lui glissa un billet pour mettre un peu de sel dedans de quoi être bien équerrant… Il n’y a pas d’heure pour faire la guerre …
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
« Bone-Avery Pearley »
IDENTITY CARD

Féminin
→ PAPIERS : 137



MessageSujet: Re: ▬ Faite l'amour pas la Guerre ▬ PV Bones   Dim 13 Mar - 8:57



"Excusons-nous les guerres celles qui ne pardonnent pas, esquissons nous les fièvres de ma mégalomania. Mais toi, t'as l'air si fière de crever au combat."

La journée avait été dur, trop dur. Des clients japonais qui ne comprenaient rien ni à l'anglais ni à l'espagnol, des artistes insatisfaits, des horaires casse-têtes. En fait, à bien y penser, la journée n'avait pas été si pourrie, les clients n'étaient pas si embêtants, les artistes pas si compliqués et les horaires pas si terribles. La journée avait été des plus banales, peut-être Bone avait-elle juste besoin d'une excuse pour se servir un verre à son retour. Sûrement même. Elle n'avait pas eu de nouvelles de Micael depuis quelques jours, dommage, il lui aurait donné un bon motif pour s'enquiller un petit whiscola. Aussi loin qu'elle pouvait se souvenir, ils ne s'étaient jamais entendus, toujours dans le coin pour pourrir la vie de l'autre. Mica avait louppé bien des fêtes par les commérages de Bony à ses parents, et elle avait été punie bien des fois pour des accusations de tricherie scolaire revenues aux oreilles de sa mère. Micael, c'était un peu une version plus masculine et plus malsaine de Bone-Avery, le seul qui pouvait la pousser plus loin que ses limites, le seul qui pouvait exiger n'importe quoi d'elle, le seul pour qui elle se jèterait d'un pont, si il le lui demandait. Ca pouvait sonner bizarre mais ce mec était en quelques sortes le pilier de Bones, quoi qu'il arrive, elle savait qu'il serait toujours là, même si c'était pour s'assurer qu'elle ne soit jamais en paix, c'était une présence après tout. Une présence mauvaise, comme un démon qui veille à détruire toutes traces de bonheur dans ta vie, mais c'était toujours quelqu'un, c'était plus qu'Avery n'avait jamais eu. Bien sûr il y avait son frère, mais depuis quelques temps, ce n'était plus pareil. Ils s'éloignaient, elle le sentait, elle sentait qu'elle ne pouvait plus lui parler de tout, plus comme avant. La preuve, elle avait recommencé à boire il y a de cela quelques mois, et il n'y voyait que du feu. Qui ne remarque pas que sa colocataire est alcoolique ? qui plus est, quand ta coloc n'est autre que ta petite sœur.

Alors qu'elle avait la main sur la bouteille, prête à verser le liquide enchanté dans son verre, c'est ce moment que choisit Blossom, son frère pour rentrer à l'appartement. « Merde. » reposant tout en vitesse, elle courra jusque l'évier et fit semblant de faire la vaisselle. Quoi, la cuisine était la pièce la plus proche du mini-bar, et faire la vaisselle c'est quand même anti-suspect. Sa gorge était sèche, ses mains commençaient à trembler, elle sentait ses nerfs montés. Si elle ne voulait pas exploser face à son frère, elle devait avaler quelque chose d'alcoolisé, et vite ! La soirée était à peine commencée, tous les bars seraient encore grandement ouverts, peut-être aurait-elle la chance de pouvoir chopper le dernier happy hour ? Vingt-deux heures, Everlynn était sûrement déjà couchée, pas la peine de lui téléphoner, de toutes façons elle était jamais la première partante pour boire histoire de boire, mieux valait miser sur une valeur sûre : Rose. Qu'elle amène ses copines aussi, elles étaient cool, puis avec leurs mensurations de déesses, elles obtenaient toujours des verres gratuits. Quelques dizaines de minutes plus tard, elles se retrouvaient à Palermo, dans une petite boîte sans nom, plutôt sympa, mais assez inconnue.

La soirée se passait bien, après une tournée générale de tequila paf, les idées de Bony se remettaient peu à peu en place, la laissant apprécier amplement cette sortie entre filles. L'une des amies de Rose, Ivana ou quelque chose comme ça, leur racontait depuis maintenant plus d'une demi-heure comment elle avait planté son ex devant l'autel. Les filles étaient pliées en deux, l'histoire était vraiment rigolote, et il faut dire que les douze verres vides devant elles y étaient sûrement aussi pour beaucoup. Le serveur s'approcha soudain de leur table, avec une bouteille de champagne fraîchement ouverte. Il bredouilla quelque chose qu'aucune fille de la table ne comprit, quelque chose à propos d'un cadeau. Soit, elles prenaient ! Mais à peine la dîtes Ivana eut avalé sa première gorgée qu'elle devint toute blanche, comme si elle ne pouvait pas avaler. Se foutant de sa gueule, Bone-Avery se fit un bottoms up de son verre, qu'elle regretta sur le champ. DU SEL ? ça ne pouvait dire qu'une chose. Lorsqu'elle était éméchée, son cerveau fonctionnait à la vitesse de la lumière. Jetant un regard furieux dans la direction qu'avait indiqué le serveur quelques minutes auparavant, elle l'aperçut. Son sourire maléfique se détachait de toutes ces personnes, elle l'aurait reconnu entre milles. Elle attrapa une coupe de champagne pleine, ses amies avaient bien évidemment boycotté la boisson après la réaction des deux filles, s'excusa auprès de la tablée et se leva, en direction de Micael. « Micael ! Quelle bonne suprise. Ecoute c'est vraiment gentil de ta part de nous avoir offert cette bouteille, je me sens redevable. Tiens une coupe, c'est le moins que je puisse faire. » dit-elle, lui tendant le verre, un sourire victorieux aux lèvres. Il semblait hésiter, normal tiens, mais son copain lui, bavait devant le verre. « Tu en veux une ? on a une bouteille pleine à notre table si tu veux. » ajouta-t-elle, tout en jetant des coups d'œils furtifs à Mica. Allait-il laisser son copain tomber dans son propre piège, ou oserait-il goûter de ce merveilleux mélange que formaient le champagne et le sel, pour " sauver " son copain d'une mauvaise blague, pas destinée à lui ?


______________________



    Si on nous donnait la chance de revenir en arrière, que changerions-nous dans notre vie ? Si c'était à refaire, quelles erreurs tenterions-nous de corriger ? Quelles douleurs, quels remords, quels regrets choisirons-nous d'effacer ? Oserions-nous vraiment donner un sens nouveau à notre existence ? Mais pour devenir quoi ? Pour aller où ? Et avec qui ? on pensera à notre avenir demain
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
« Micael N. Turner »
IDENTITY CARD

Masculin
→ NOMS COMPLETS : Micael Nelson Turner
→ SITUATION : Célibataire mais Amoureux
→ PAPIERS : 322
→ BOULOT : Journaliste
→ J'AIME : Ma fille et mes Amis, Elle(s)
→ J'AIME PAS : Les épinards



MessageSujet: Re: ▬ Faite l'amour pas la Guerre ▬ PV Bones   Lun 14 Mar - 7:38

J’étais assez fier de mon coup et pourtant de tout les coups bas que moi et Bones ont c’était fait ce n’était pas le plus intéressant un peu trop facile à mon goût nous qui avons déjà fait trois fois pire. Mais bon pour ce soir ça lui suffisait on ne peut pas faire des coups parfait à chaque fois, soit il n’y a pas d’imagination ou le nécessaire en l’occurrence là c’était l’imagination qui manquait alors un petit truc bien sympa et puéril. Quelques secondes à peine après que le serveur est déposé la bouteille, je vis une des copines à Bones ce servir, j’eu le sourire aux lèvres même si franchement j’aurais préféré que Bones goutent en premier mais bon ce n’est pas grave et très vite elle se rapprocha de nous, je me mordais la lèvre. Elle était incroyablement sexy et pourtant je faisais tout pour m’ôter ce genre de chose de la tête. Nous qui passions notre temps à nous battre il a fallu que nos pulsions sexuelles nous poussent à coucher ensemble et le pire c’est que j’en redemandais elle était devenu comme une drogue pour moi. J’avais besoin d’elle, j’avais besoin de la voir et de lui faire des coups bas par la même occasion j’aimais ça et sans elle j’étais perdu, c’est un peu la raison pour laquelle j’étais venu ici même si elle ne le savait pas. Et elle ne le saurait pas car j’étais bien trop fier pour lui dire et au fond j’étais fier pour me l’avouer à moi-même, même si je le savais c’était un peu avouer que je tenais à elle dans le fond car un homme ne vient pas dans une ville pour une fille juste pour continuer de ce battre.

Bones vint donc vers nous alors que j’étais avec un pote à moi me proposant une coupe de champagne alors que mon pote était entrain de baver dessus, elle me demanda de boire, je croisais les bras en rigolant et puis quoi encore ? Qu’il la boive cette coupe sa lui fera les jambes tiens je ne suis pas du genre à me sacrifier pour les potes non loin de là alors je lui dis :

« Non merci je tourne au Whisky on dit toujours que le mélange est mauvais… »

Mon abrutis de pote ne perdit pas de temps pour choper la coupe de champagne afin de boire dedans et d’ailleurs ile recracha aussitôt demandant c’était quoi c’est connerie alors je répondis :

« Il ne faut jamais accepter la boisson d’une femme vieux »

Je me mis à rire non mais sincèrement croyait elle que j’allais me sacrifier pour lui, puis je lui fis un signe de la tête pour lui demander de partir afin que je puisse me retrouver quelques minutes avec Bones alors il partir sur la piste de danse danser auprès de quelques filles, il reviendrait surement après vers moi sauf si j’arrivais à faire en sorte de garder Bones à mes côtés, j’avais très envie de passer la soirée avec elle, même si je ne le dirais pas ouvertement ou pourquoi pas sur le ton de la plaisanterie après tout. Elle sait que j’aime jouer…

« Bones … Tu me connais pas encore ? Tu croyais que j’allais boire juste pour qu’il ne boive pas ? Allons donc … »

Je me mis à rire une nouvelle fois, dans le fond elle avait bien fait son coup, elle aurait pus m’avoir aussi si je n’étais pas trop égoïste mais alors là je préférais l’être. Je pris mon verre à moi et commença à boire quelques gorgés et lui fis un sourire et un signe de la tête ça c’était bon, il y a rien de mieux qu’un bon whisky pur.

« Compte tu retournais auprès de tes amis ou tu me feras la joie de rester un peu à mes côtés, aller je t’offre un verre et sans trucage cette fois… Promis »

Dis-je avec ma petite moue, j’espérais vraiment qu’elle reste avec moi, après tout elle était avec ses copines et elle pouvait tout aussi bien refuser pour retourner auprès d’elle mais dans tout les cas je ne m’avouerais pas vaincu et je reviendrais à la charge et bien plus vite qu’elle ne pourrait le croire.

« Un petit verre et un cap ou pas cap ? Histoire de ce pourrir encore un peu la vie ? J’aime tellement ça tu le sais ? »

J’avais envie d’animé un peu la soirée et avec Bones à mes côtés c’était sur et certain la soirée ne pouvait être que catastrophique si on jouait au cap ou pas cap nous sommes tellement fou l’un envers l’autre que parfois le pire peu arriver. Mais j’avais déjà quelques idées derrière la tête. Et puis au diable ses copines, on ne peut pas refuser la soirée avec moi quand même ? Surtout elle + moi en faite c’est une histoire qui remonte à tellement d’année, je la connaissais par cœur et elle me connaissait par cœur et maintenant on se connaissait même dans l’intimité chose qu’on ne connaissait pas encore à Boston, car nos partis de jambes ne l’air avait commencé ici. Je n’avais jamais dit à Bones que ma mère était décédée, elle la connaissait bien et je ne voulais pas voir sa réaction, le pire c’est que ma mère est devenue une faiblesse pour moi, et Bones qui m’a toujours vu triste je ne voulais certainement pas qu’elle me voit sous mon pire jour, faible. J’attendais une réponse de sa part et j’avais le sourire aux lèvres j’essayais de faire mon beau pour qu’elle accepte.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
« Bone-Avery Pearley »
IDENTITY CARD

Féminin
→ PAPIERS : 137



MessageSujet: Re: ▬ Faite l'amour pas la Guerre ▬ PV Bones   Mer 16 Mar - 9:34



Your kiss is like whiskey it gets me drunk and I wake up in the morning with the taste of your tongue.

Micael refusa poliment le verre, arborant un de ses sourires dont seul lui avait le secret, le genre de sourire qui donnait à Bone-Avery à la fois envie de le baffer et de l'embrasser. Même faire les deux en même temps. Il laissa son pote engloutir la coupe de champagne, salée, c'était si peu étonnant de sa part. Ce mec était un jouet pour Mica, aussi important qu'une souris en peluche pour un chat, Micael n'avait pas d'amis, et si ce gars avait ne serait-ce qu'imaginer occuper une place dans sa vie, c'était déjà une grande preuve de sa stupidité profonde. Bone était sa seule amie, si on pouvait appeler cela ainsi, leur relation était formait néanmoins ce qui s'en rapprochait le plus. L'inconnu ne se fit pas prier pour dégager le plancher et aller, littéralement, enflammer le dancefloor lorsque Micael le congédia. Elle lui aurait bien proposé de rejoindre sa table, Ivana aurait été aux anges, mais il venait de recracher son super cocktail, et on ne crache pas un cadeau ! « Bones … Tu ne me connais pas encore ? Tu croyais que j’allais boire juste pour qu’il ne boive pas ? Allons donc … » « Qui sait ? J'ai encore cet espoir débile qu'un jour, tu deviennes un mec bien. Ce que je peux être naïve ! » répondit-elle, faussement surprise. Il ne changerait jamais, plus de vingt ans qu'il était ainsi, et ça le réussissait, presque, pourquoi changer ? « Comptes-tu retourner auprès de tes amies ou tu me feras la joie de rester un peu à mes côtés, aller je t’offre un verre et sans trucage cette fois … Promis. » Sérieusement ? dernièrement, toutes les soirées qu'ils avaient passées ensemble terminaient dans son lit à elle, ou à lui. Quoique ce dernier était plus confortable, et plus spacieux ..

Micale et Bone-Avery n'avaient jamais été le couple de service, vous savez de ceux qui s'embrassent à pleine bouche devant toutes les salles de classe, le genre de couple que tout le lycée jalouse, qui paraît parfait mais au fond, est bien disfonctionnel qu'il ne le laisse voir. Le genre de couple formé par deux personnes super populaires qui sortent avec l'autre soit pour le sexe, soit pour les ragots. Ou les deux. Ils n'étaient pas non plus les supers copains d'enfance qui réalisent à dix-sept ans que l'amour de leur vie se trouve sous leurs yeux, mais restent dans l'ombre de peur que les sentiments ne soient pas partagés. Bones avait toujours trouvé ces gens pathétiques, ils se rendaient misérables tout seuls à jouer les timides. Sérieux que risquaient-ils, se prendre un râteau ? oh big deal ! À ses yeux, rien n'était plus débile que de refouler ses sentiments et se contenter d'être amis, par peur de tout perdre lorsque la vérité éclaterait. Dans 99% des cas, les deux jeunes se sautaient dans les bras, se mariaient et avaient beaucoup d'enfants. Et pour les 1% restant ? pas d'bol.

Mais ces deux-là, ces deux gamins qui jouaient au chat et à la souris en pleine boîte de Buenos Aires, ils n'avaient jamais été un couple, et ne le seraient sûrement jamais, au train où allait les choses. C'est pas comme si Bones le désirait, elle n'avait seulement jamais imaginé qu'elle en viendrait un jour à atterir dans son lit, elle qui autrefois passait son temps à pourrir ses ex-copines, à le balancer à son père quand elle le voyait rentrer avec de la compagnie .. Oh elle avait prit tellement de plaisir à le massacrer, la vie serait tellement chiante sans Mica. « T'as de la chance que je sois à sec, et ton sel m'a donné soif. Cependant je me chargerais de la commande, c'est pas que j'ai pas confiance mais je ne préfère pas tenter le diable. J'ai réllement soif ! » « Un petit verre et un cap ou pas cap ? Histoire de se pourrir encore un peu la vie ? J’aime tellement ça tu le sais ? » « Comment tu ferais si j'en venais à mourir ? Personne ne sait te descendre aussi bien que moi. Peut-être même que je te manquerais, dans un futur très lointain .. » Elle accompagna sa remarque d'un haussement de sourcils, personne ne résiste jamais au regard tueur du levé de sourcil. Pas même Micael, monsieur sans cœur. Bones se dirigeait déjà vers le bar, le laissant sûrement sur sa faim, à se demander si elle allait accepter sa proposition de jeu ou non. Au plus loin qu'elle pouvait se souvenir, elle n'avait jamais refusé de jouer, jamais. Pas même quand elle se cassa le pied en sautant du pont de l'autoroute, ou qu'elle arracha une dent saine avec de la ficelle et une porte. C'était une battante, une gagnante définitivement. « Je veux une caipirinha, et je refuse que tu payes. Fais le gay, dragues le serveur, montre tes abdos, whatever. Mais ne sors pas ton porte-monnaie. Cap ? » Si il y avait une chose qu'on ne pouvait remettre en cause chez Micael, c'était son hétérosexualité. Et son machisme, ainsi qu'un peu sa débilité, mais on dérive. Il n'était pas homophobe, quoique peut-être, je m'en foutais qu'il fasse ce qu'il veut, mais il détestait se faire draguer par des mecs, tout autant que Bones haïssait se faire chauffer par des meufs. Franchement, ça se repérait à deux milles kilomètres qu'elle était pas intéressée, mais faut croire qu'elle avait un physique car il était fréquent que cela lui arrive. Avec le temps, elle s'habituait, allant même jusqu'à en jouer pour se faire offrir des verres, mais jamais rien de plus en général. Micael se faisait-il hésitant ? qu'en savait-elle, elle mattait un mec sur la piste de danse, en tous cas elle avait sacrément soif.

______________________



    Si on nous donnait la chance de revenir en arrière, que changerions-nous dans notre vie ? Si c'était à refaire, quelles erreurs tenterions-nous de corriger ? Quelles douleurs, quels remords, quels regrets choisirons-nous d'effacer ? Oserions-nous vraiment donner un sens nouveau à notre existence ? Mais pour devenir quoi ? Pour aller où ? Et avec qui ? on pensera à notre avenir demain
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
« Micael N. Turner »
IDENTITY CARD

Masculin
→ NOMS COMPLETS : Micael Nelson Turner
→ SITUATION : Célibataire mais Amoureux
→ PAPIERS : 322
→ BOULOT : Journaliste
→ J'AIME : Ma fille et mes Amis, Elle(s)
→ J'AIME PAS : Les épinards



MessageSujet: Re: ▬ Faite l'amour pas la Guerre ▬ PV Bones   Lun 21 Mar - 7:06

Bones pensait vraiment que j’allais me sacrifier pour quelqu’un pire encore un mec ? Non certainement pas et elle avoua très vite qu’en faite elle n’était pas du tout étonné mais espérait qu’un jour je devienne un mec bien et je répondis à ça simplement par un petit sourire et un petit rire en tout cas ce n’était certainement pas pour tout de suite et ni dans mes projets quoi qu’il faut avouer que je m’étais assagis depuis quelques temps du moins avec certaines personnes qui était rentré dans ma vie et pour qui je commençais à avoir de l’amitié mais ça elle ne le savait pas et j’ai ma fierté alors je ne le cris pas sur tout les toits je fais comme ci de rien n’était et je garde mon amitié pour les personnes qui sont concernés même si en réalité c’est vrai il y en a pas non plus des masses.

Je ne sais même pas comment moi et Bones on en était arrivé là ? Je ne me rappelle même plus du pourquoi du comment on se faisait la guerre je me rappelais juste que c’était ainsi depuis notre enfance et rien ne changer avec le temps enfin si peut-être un tout petit truc on couchait ensemble et c’était plutôt surprenant maintenant je la connaissais intiment et vise versa. Et je ne peux pas nier qu’elle soit nul au lit bien au contraire elle a un déhancher et un savoir faire qu’elle me rendait complètement dingue une fois dans le lit. Mais dans la réalité elle me rendait tout aussi dingue mais pas du tout de la même façon. Je venais de lui demander de faire un petit jeu, c’était un jeu courant chez nous, comme ci on se pourrissait pas assez la vie non il fallait qu’on en rajoute encore un peu mais dans quel galère je m’étais lancé ? Alors qu’elle était partit un peu plus loin vers le bar pour se commander un verre je l’avais rejoint et très vite elle rentra dans le jeu mais pas étonnant enfin parfois elle refuse et moi de même mais il faut avouer que c’était rare, en général il fallait vraiment qu’on ne soit pas en forme pour dire non.

Elle me demanda d’avoir une caipirinha, mais sans payer le serveur que je devais faire en sorte en faite de l’avoir gratuitement et par tout les moyens, je fis les gros yeux, à la garce sérieusement elle m’avait bien eu. J’eu un petit sourire secouant la tête, elle savait que draguer un mec pour moi était quelques choses d’inimaginables, plus hétérosexuelle que moi il n’y avait surement pas. Le problème ? Je ne pouvais certainement pas me défiler ce n’était pas du tout mon genre et elle me le rappellerait toute ma vie, elle me le foutrait en pleine poire pendant bien longtemps et elle a toujours su relever mes défis même les plus pires. Je soufflais un grand coup je me rapprochais du serveur l’appelant. Je lui demandais si c’était possible d’avoir une caipirinha gratuitement il me regarda en rigolant mais c’étais pas étonnant, puis je me rappelais que dans cette boite de nuit il offrait une bouteille de champagne aux personnes qui étaient capables de faire un streap teases sur le podium alors je me disais que pour un simple verre cela pouvait marcher alors je lui demandais et il accepta. J’avais déjà vu beaucoup de mec faire ça pour une bouteille de champagne mais je ne l’avais jamais fait honnêtement je préférais payer et c’est tout plutôt que de me ridiculiser mais là je crois que je n’avais pas trop le choix. Alors malheureusement je n’avais pas le choix, je regardais Bones qui n’avait pas entendu ma conversation avec le serveur et lui fis un sourire.

Je montais sur le podium et commençais à danser, j’enlevais mon tee-shirt et très vite les filles commencèrent à se mettre devant moi elle croyait peut-être que j’allais leur balancer mes vêtements ? Elle pouvait rêver je comptais me rhabiller tout de même après et si par malheur je balançais mes vêtements je crois que je pourrais toujours courir pour les revoir. Après avoir enlevé mon tee-shirt je commençais à enlever ma ceinture, la faisant tourner en l’air d’une main, alors que les filles me regarder et les hommes aussi d’ailleurs surtout les gays je regardais Bones dans les yeux comme pour lui dédier ce que je faisais, mais mettant ma ceinture au sol je commençais ensuite à enlever mon pantalon me retrouvant en boxer, je dansais toujours, heureusement j’adorais danser du moins en boîte de nuit car j’étais pas du genre à m’inscrire dans des cours de danse il ne faut pas abuser non plus. J’enlevais ensuite mon boxer, en général les gens s’arrêtaient au boxer, ou sous vêtements pour les femmes mais j’avais le culot et je mis ma mains devant mon sexe, puis descendant du podium très vite je me rhabillais alors que des filles commencer déjà à venir vers moi, drague, numéro de téléphone mais je l’ai repoussé me dirigeant vers le serveur lui demandant de servir la jeune femme qui était Bones du verre que j’avais demandé et il le fis alors je retournais enfin vers elle en lui disant :

« Je crois que j’ai réussi non ? »

Je lui fis un sourire j’étais assez fier de moi, mais maintenant fini de rire c’était à son tour et je devais chercher quelques choses pour ne pas la louper. Puis j’eu une idée je rigolais déjà dans ma tête alors à l’oreille je lui dis :

« Tu dois demander au dj de mettre la musique de la danse des canards monter sur le podium et danser »


Je la regardais en souriant, un petit sourire dans le coin, en faite j’avais déjà l’image dans la tête et j’en rigolais déjà du moins j’espérais qu’elle accepte, aller son verre cul sec pour que l’alcool monte aux cerveaux comme ça elle serait détendu et le tour et joué … En attendant sa réponse, je demandais au serveur de me servir un verre de vodka car j’avais déjà fini mon whisky, je regardais Bones dans les yeux et j’avalais ce verre de vodka cul sec.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

« Contenu sponsorisé »
IDENTITY CARD




MessageSujet: Re: ▬ Faite l'amour pas la Guerre ▬ PV Bones   

Revenir en haut Aller en bas
 

▬ Faite l'amour pas la Guerre ▬ PV Bones

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Remember That Day :: || Les arrondissements de Buenos Aires || :: Palermo; :: Discothèques-