AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Partagez | 
 

 « TAKE SOME QUAKER OATS »

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

avatar
« Jaime V. Cardozo »
IDENTITY CARD

Masculin
→ NOMS COMPLETS : JAIME VALENTINO CARDOZO
→ SITUATION : célibataire, plus pour longtemps..
→ PAPIERS : 2167
→ BOULOT : underco
→ J'AIME : EVERLYNN
→ J'AIME PAS : PAPA



MessageSujet: « TAKE SOME QUAKER OATS »   Mer 18 Aoû - 13:16


règlement contexte scénarios avatars pris invités


Nous y voilà enfin. Après plus de deux mois de travail acharné, Take Some Quaker Oats ouvre enfin ses portes, le lundi 16 août 2010 à 18h30. Nous sommes deux administrateurs pour gérer ce rpg basé sur un principe de correspondants entre européens & australiens. Maintenant, nous avons besoin de vous pour faire vivre notre bébé. N'hésitez pas et rejoignez-nous dans cette folle aventure ♥. Nous vous attendons, les loulous (a).



Aux quatre coins de l'Europe.

C'était il y a six mois environ.





Take some quaker oats (2010). Cette bannière est au nom de flash delirium.





« Un cadeau qui ne peut pas être jeté n'est
pas un cadeau mais un piège. »



On ne prédit jamais rien. Que ce soit les sentiments ou l'avenir. Rien ne peut être conçu à l'avance, pas même ce que vous ferez l'heure d'après. Surtout pas ce que vous ferez l'heure d'après. Parce qu'une seule action peut affecter toutes les autres en cascade. On appelle ça le "destin", oui, je parle bien de ce mot barbare qui peut tout embellir ou ravager en quelques secondes seulement.

Ils sont jeunes, tout juste adultes mais encore innocents. Et par dessus tout, ils n'y sont pour rien. Comment auraient-ils pu imaginer ce qui se passerait après avoir lu une rubrique -qui paraissait quelconque- dans LE magazine par excellence dédié aux jeunes -et traduit dans toutes les langues européennes- ? Personne, sauf les rédacteurs, bien entendu. Une rubrique banale, presque invisible. Un voyage. Un an à l'étranger. Un an en Australie, et plus précisément à Perth. « Qui n’a pas un jour rêvé de s’enfuir visiter d’autres territoires ? Le magazine Teenagers en folie offre un séjour d’une année à tous ses lecteurs confirmés. L’Australie & ses plages. Mais pas seulement : Perth, ses nombreux centres commerciaux, son grandissime centre culturel, & puis... Les beaux natifs de ce pays. N’hésitez pas, envoyez votre participation sur la boîte mail du mag’ ! Le reste des informations sera envoyé aux participants une fois les inscriptions bouclées. Laissez-vous allez, tentez l’aventure ! » Ils viennent des quatre coins de l'Europe, et malgré cela, leurs destins sont désormais liés. Il y a ceux qui se jettent sur l'occasion et envoient leur inscription sans plus attendre, ceux qui referment le magazine en oubliant illico cette annonce. Il y a ceux qui veulent partir, ceux qui ne le veulent pas. Ceux qui vont partir sans prévenir personne, histoire de repartir à zéro, et ceux qui vont devoir partir par obligation -sacrés parents-. Certains ont des revenus modestes, d'autres sont nés avec une petite cuillère en argent dans la bouche, et d'autres encore n'ont pas un rond en poche. Tous différents mais tous dans le même bateau -ou plutôt avion-. La grande escapade. Le rêve pour ceux qui y vont d'eux-mêmes. Le cauchemar pour ceux qui y sont forcés. Mais le cours d'une vie change tellement vite.



Paris, devant l'aéroport.

C'était il y a deux semaines, à une journée près.





Take some quaker oats (2010). Cette bannière est au nom de flash delirium.





« Les découvertes sont faites par ceux qui
laissent leurs émotions devancer leurs idées. »



Au grand loto, on a rarement de chance. Alors on se dit "de toute façon, ça n'arrive qu'aux autres". Et pourtant, on continue de jouer. Parce que malgré tout, on a cette petite lueur au fond des yeux, ce petit espoir au creux du cœur. Ce sont ces infimes petites choses qui nous empêchent de sombrer ; on a tous besoin d'y croire pour exister. Il y a et il y aura toujours des chanceux et des moins chanceux. On a beau dire qu'c'est mal foutu la vie, si tout était trop beau, où serait l'étincelle qui nous pousse à nous battre ? Il faut un peu de malheur pour faire le monde, c'est tout. Pratiquement six mois se sont écoulés. Six mois rythmés par des heures entières passées sur le net. Des heures à découvrir la personne avec qui ils passeront les douze prochains mois. Chaque européen s'est vu attribué un correspondant, correspondant avec qui il vivra là-bas, à Perth. Un tirage au sort ringard mais essentiel pour la suite. Un vague morceau de papier pour définir avec qui ils devront tisser des liens. C'est soit ça passe, soit ça casse. Ça ressemble légèrement au loto, avec ceux qui tirent le jackpot et ceux qui ne tirent rien de bon. Il y a des amitiés qui se créent, des confidences qui se font, et parfois même des sentiments plus fort. Il y a ceux qui se promettent de bons moments... & ceux qui se promettent de se faire la guerre. Tout n'est jamais tout blanc ou tout noir. Il y a aussi de la haine entre certains, et quelques uns ne peuvent même pas se voir à travers l'écran. Six mois. Six mois pour découvrir son allié. Ils sont presque arrivés au bout. Dans deux semaines, l'attente ne sera plus qu'un souvenir. Ces deux dernières semaines ? Elles n'ont plus lieu partout en Europe. Tous les participants ont pris un avion direction Paris -ville d'où le magazine est originaire-. Pourquoi ? Simplement pour leur permettre d'apprendre un peu à se connaître entre eux avant d'être envoyés au milieu de leurs amis australiens. Heureusement, la langue n'est pas un barrage pour eux... La condition principale pour participer à ce voyage ? Parler convenablement l'anglais. Qu'ils sont intelligents, ces organisateurs, on croirait presque qu'ils ont pensé à tout. Mais ne vous y trompez pas, tout le monde a ses failles.



Perth, en Australie.

C'était il y a quelques heures seulement.





Take some quaker oats (2010). Cette bannière est au nom de flash delirium.





« Lorsqu'on emploie trop de temps à voyager,
on devient enfin étranger en son pays. »



C'est toujours lorsqu'on a fait le grand saut qu'on commence réellement à réfléchir. Réfléchir à tout. On commence très vite à comprendre que ce n'était pas si mal avant, finalement. Parce que là, on a perdu tous ses repères, on arrive même plus à trouver des chiottes pour pisser. C'est énervant, déboussolant, et ça nous fout toujours complètement à l'envers. L'ivresse de l'impatience : trop vite envolée. Heureusement, il y a aussi la soif de découverte. Les jeunes adultes rencontrent enfin -ou pas- leurs correspondants. Les cœurs sont bouillonnants, les sensations se suivent et ne se ressemblent pas. Bordel, ils y sont enfin. C'est encore dur de réaliser. Mais déjà des esquisses de sourires apparaissent, déjà des corps s'enlacent... et déjà des regards noirs se croisent. On ne peut pas plaire à tout le monde. Tout prend rapidement une tournure différente. Les groupes se séparent, chacun va découvrir son chez soi. Chacun va entreprendre sa nouvelle vie. Ceux qui n'ont pas d'argent vont courir chercher un emploi, d'autres vont préférer aller tremper les pieds dans l'eau. Tous différents, mais tous semblables. Ils sont jeunes, et qu'ils le veulent ou pas, c'est désormais ici que commence leur renaissance. Parce que tout le monde doit un jour quitter le monde de l'adolescence. Tout le monde doit un jour commencer à prendre ses responsabilités. Et pourquoi pas aujourd'hui ? Hein ? Pourquoi pas maintenant ? Après tout, il ne faut pas perdre son temps. On ne sait jamais quand arrive la fin .

On ne prédit jamais rien. Que ce soit les sentiments ou l'avenir. Rien ne peut être conçu à l'avance, pas même ce que vous ferez l'heure d'après. Surtout pas ce que vous ferez l'heure d'après. Parce qu'une seule action peut affecter toutes les autres en cascade. On appelle ça le "destin", oui, je parle bien de ce mot barbare qui peut tout embellir ou ravager en quelques secondes seulement.

Alors ce cadeau ? Est-il tombé du ciel ?
Ou est-ce un cadeau empoisonné ?





Take some quaker oats (2010). Toute reproduction totale ou partielle est interdite. Veuillez respecter le travail qui a été effectué !




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
« Everlynn C. Marquez »
IDENTITY CARD

Féminin
→ NOMS COMPLETS : everlynn claudia marquez.
→ SITUATION : amoureuse transi. :arrow:
→ PAPIERS : 2282
→ BOULOT : au chomage...
→ J'AIME : JAIME.
→ J'AIME PAS : les vers de terre.



MessageSujet: Re: « TAKE SOME QUAKER OATS »   Jeu 19 Aoû - 8:09

    haaaaaaon please franco, deux mois que je suis le projet et ce fo rooxe trop (a) viendez tous les gens! quelques rtdiens ont deja rejoins l'aventure, n'esitez plus haaaa perso, i'm Théophile Roxon-Macklin, fils du roi, mais vous pouvez m'appeller king théo :p on attend plus que vous! (l)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://destructiveproject.frbb.net/
 

« TAKE SOME QUAKER OATS »

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Remember That Day :: || Bienvenue chez les branleurs || :: Devenons Amis; :: Publicité-