AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Partagez | 
 

 Charlie-Blue Ivy Mclaren

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

avatar
« Charlie-Blue I. Mclaren »
IDENTITY CARD

Féminin
→ NOMS COMPLETS : Charlie-Blue Ivy Mclaren
→ SITUATION : Célibataire
→ PAPIERS : 3
→ BOULOT : Je ne sais pas encore ^^
→ J'AIME : Tout
→ J'AIME PAS : Rien



MessageSujet: Charlie-Blue Ivy Mclaren   Mar 12 Mar - 7:37




Charlie-Blue Ivy Mclaren
Ma Bianca que j'aime ♥

    who are you ϟ



    20 LIGNES MINIMUM VINGT LIGNES. BLABLABLA... Parle nous de la psychologie de ton personnage, ses manies, son caractère, ses passions, ses rêves, ses projets, ses goûts, ses particularités, ce qui fait de lui quelqu'un de différent et unique.



    a star is born ϟ


    Mes parents étaient des gens tout ce qu'il y a de plus normaux, une famille de smicards qui se contentaient de ce qu'ils avaient. C'est à dire peu de choses à vrai dire. Pourquoi avoir une plus grosse maison alors qu'on peut se contenter d'une petite? Pourquoi faire des travaux alors qu'il faudra les refaire dans quelques ans. Voilà la mentalité de mes parents. Mais il faut croire qu’un garçon ne suffisait pas, pourquoi ce contenter d’un garçon quand on peut avoir une fille ? C’est ainsi que je suis arrivée dans cette famille. A me lire je pense que vous avez deviné : je ne supporte pas mes parents. Des ratés rien de plus. Je n'ai jamais compris pourquoi ils ont souhaité avoir une vie médiocre quand on peut avoir mieux parce qu'ils pourraient avoir bien mieux. La famille McLaren est très riche, mon père n'a jamais manqué de rien et il nous donne à moi et mon frère une vie comme ça. Une vie merdique. Mais heureusement que mon frère était là. Il avait la même opinion que moi sur les parents. Nous n’avions qu’un an d’écart et notre relation était comparable à celle de deux jumeaux. Nous étions inséparables. Nous avions le même groupe de pot, les mêmes vices, bref nous étions très fusionnels. Mais un soir, ma vie à totalement basculée. Nous commencions à dealer avec Judah pour avoir notre dose. Mais nous avons très vite été confrontés à un petit problème : l’argent. Pas besoin de vous dire qu’en Argentine on ne blague pas avec le fric. Et c’est ainsi qu’à l’âge de 20 ans je fus totalement anéantie. Jud’ avait eu un rencard avec un nouveau gang pour « éparpiller nos dettes » comme il disait. Il était tard et il n’était toujours pas rentré. Je commençais à m’inquiéter. Enfin vers deux heures du matin, on sonna à la porte. Je ne me suis pas vraiment posé de questions, pourquoi est-ce qu’il sonnait au lieu de rentrer le plus discrètement possible, j’étais rassurée de savoir qu’il rentrait enfin. J’ouvre la porte, sourire aux lèvres prête à l’engueuler d’avoir utilisé la sonnette lorsque je me figeai d’effroi. Il était bien là, face à moi. Mais ce n’était plus que l’ombre de lui-même. Il avait le visage totalement défiguré, de contusions, d’hématomes et de coupures. Mais le pire était le sang qui coulait de son cœur. Il y avait du sang partout. Sur les murs, ses mains, son visage, son cœur … Je pense que ce jour-là il y a un de mes neurones qui s’est déconnecté. Judah est tombé à plat ventre. J’ai hurlé. Hurlé de toute la force de mes poumons, j’ai hurlé sans pouvoir m’arrêter. Je ne pouvais pleurer. La douleur avait dépassé le stade de la simple souffrance. C’est comme si on venait m’arracher ce que j’avais de plus cher, comme si on m’arrachait à mains nues mon propre cœur. J’avais mal, horriblement mal. Je ne pouvais accepter ce que je voyais. Ce n’était pas possible. Je me baissai pour être à la hauteur de Jud’. Je le tourne pour voir son visage. Il était encore à demi conscient, lorsque son œil valide me regarda, un semblant de sourire s’afficha sur son visage. Je souri aussi, avec l’absurde espoir de le voir ce relever et me faire croire qu’il ne s’agissait que d’une blague. Je posais mes mains sur son cœur. Même si je sais que ça ne serviras à rien. Mes parents sont dans le pas de l’entrée mais ils savent que c’est trop tard. Ils ont déjà appelé les pompiers. Le cœur de Judah vient de s’arrêter. Je l’ai senti. Mes yeux s’exorbitent, je me mets à hurler le prénom de mon frère, il ne peut pas me laisser là, il ne peut pas m’abandonner ! Nous avons encore beaucoup de choses à faire ! Nous devons rembourser nos dettes, goûter les nouveaux haribos, savoir si la suite du seigneur des anneaux en vaut vraiment la peine, nous devons construire nos vies ensemble, terroriser les conquêtes de l’autre, se mettre des bâtons dans les roues. Les pompiers sont devant la maison. Il m’enlève mon frère. Mais je ne peux pas l’accepter. Je me rue sur le corps de Judah, ils n’ont pas le droit de me l’enlever. Mes parents sont dépassés, deux pompiers tentent de me retirer du brancard. « VOUS N’AVEZ PAS LE DROIT DE ME RETIRER JUDAH ! BORDEL RENDEZ LE MOIII ! » Je me débats, pour ne pas être séparée de lui. Je ne conçois pas la vie sans lui. Personne ne peut comprendre la souffrance que je ressens, personne. Je me laisse tomber, à groupie, les coudes sur les genoux, les mains sur mes tempes, mes ongles s’enfoncent dans ma peau. Comment vivre sans lui ? Ils me l’ont enlevé pour toujours. C’est ce notion qui me fait perdre mes moyens, pour toujours, jamais plus je ne le reverrais, plus jamais. Le jour de l’enterrement je n’ai pu rester. La vue du cercueil me fit de nouveau perdre mes moyens. Les gens ne peuvent comprendre ma souffrance, pas même mes parents. C’est pourquoi j’ai décidé de mettre fin à mes jours. Je me suis tout bonnement laissé mourir. Mais au bout d’une semaine sans me nourrir, les services de l’hôpital psychiatrique sont venus me chercher de force pour m’obliger à manger. Après deux mois de convalescence atroces, je fus autorisée à ressortir avec l’obligation de suivre leurs recommandations. J’avais toujours 20 ans et mes parents me regardaient comme une pestiférée. Je ne pouvais plus vivre avec eux. Ils étaient trop cons pour comprendre ce que je vivais. C’est pourquoi je suis partie du jour au lendemain. Sans un mot ni rien. J’ai pris toutes nos photos de moi et Judah, ils n’ont pas le droit de ce souvenir de nous. Des incompétents qui n’ont même pas réussi à sauver leur fils. Je suis partie dans la capitale. Buenos Aires est une ville que je n’apprécie pas particulièrement mais je serais assurée d’y trouver du travail au moins. Et ça n’a pas manqué, j’ai trouvé un poste d’assistante dans la librairie du quartier. Je loue un appartement miteux dans le quartier miteux de BA. Je pensais être guérie mais il se trouve que ce n’est pas le cas. A la vue du sang je suis totalement paralysée, je ne peux plus rien faire et je rentre dans une crise de panique et de souffrance, en revoyant le visage de mon frère, mon corps et le siens recouverts de sang. Je ne peux plus rien faire. J’ai continué à fumer, mais je prendre garde à toujours payer mes dealers pour ne jamais à me retrouver dans le même guet-apens que Judah. Il m’arrive souvent de me mettre des mines avec mon colocataire. Il est gentil avec moi, mais je ne m’attache pas, je m’interdit le droit de m’attacher à quelqu’un, il pourrait partir à tout moment. Et je ne le supporterais pas.


    what you look like ϟ



UN ANIMAL ϟ J'ai envie de dire ...le fennec, si mignon et toujours rejeté.
UN OBJET ϟ Cette photo
UNE SAISON ϟ le printemps
UN PLAT ϟ les pizzas !!
UN LIVRE ϟ Les âmes vagabondes de Stéphenie Meyers
UNE H. DE LA JOURNÉE ϟ21 heures

UN PAYS ϟ La Thaïlande
UN PARFUM ϟ J'aime porter des parfum sucrés
UN ÉLÉMENT ϟ L'eau
UNE FLEUR ϟ Le muguet
UNE CHANSON ϟ Je pense Macklemore ♪ Thrift shop
UN SENTIMENT ϟ La peur

    FILMS OU DESSINS ANIMÉES ? Films
    LÈVE TÔT OU GRASSE MAT' ?L'avenir appartient à ceux qui se lèvent tôt =)
    FILLES OU GARÇONS ? Garçons
    LIVRES OU BD ? Livres !
    ROCK OU CLASSIQUE ? Rock
    TV OU ORDINATEUR ? Ordinateur, on peut regarder la TV sur un PC =D
    MONTAGNE OU MER ? Montagne
    VENISE OU LOS ANGELES? Los Angeles


    and, what about you ϟ


    PSEUDO/PRÉNOM ϟ Twiks
    AGE ϟ20 ans maintenant =)
    PRÉSENCE ϟ 7/7
    TON GROUPE ϟ Heart Break
    TON PERSO C'EST ϟ un personnage inventé
    COMMENT AS-TU DÉCOUVERT LE FORUM ϟ Pas besoin de répondre ♥️
    QU'EN PENSES TU ϟ Impossible de m'en séparer encore aujourd'hui
    CRÉDITS ϟ ici c'est FREAKANGEL pour la ban & Tender HEART pour l’icône.
    CODE DU RÈGLEMENT ϟ Je m'en fiche Razz
    JE SUIS PAS TROP CHIANTE CA VA? ϟ dire non, tu n'es pas chiante. (a)
    EXEMPLE DE RP ϟ
    Spoiler:
     

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Charlie-Blue Ivy Mclaren

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Remember That Day :: || Tell me about yourself || :: Vos papiers, S'il vous plait;-