AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Partagez | 
 

 Josh & Joy' ▢ I'd catch a grenade for you

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

avatar
« L. Joshua Turner »
IDENTITY CARD

Masculin
→ NOMS COMPLETS : Joshua Logan Turner
→ SITUATION : En couple
→ PAPIERS : 39
→ BOULOT : A la recherche d'un boulot
→ J'AIME : Joy', les pandas, le soleil, le chocolat
→ J'AIME PAS : Les ascenseurs, les souvenirs..



MessageSujet: Josh & Joy' ▢ I'd catch a grenade for you   Mar 27 Sep - 9:23

Josh & Joyce

Nous y étions…cette année était certainement la plus surprenante de toute ma vie. D’abord, je tombe amoureux d’une fille qui, avant, m’était vraiment insupportable et maintenant, je quitte ma ville natale pour suivre, cette même fille, très très loin de Los Angeles. En Argentine…ça avait fait râler Alan, et c’est vrai que ça n’est pas forcément la destination de rêve, mais au moins, nous aurions un minimum de repères ici puisque j’avais un cousin qui y vivait. Certes, nous n’étions pas super proche vu la distance qui nous avait toujours séparés, mais quand même, c’était mieux que rien. Parfois, j’avais du mal à y croire et j’avais peur de me réveiller et de me dire, « bah merde, c’était qu’un rêve »…Il faut dire que tout ça, c’était tellement nouveau pour moi…être…en couple. On dit que quand on aime, on se préoccupe d’abord du bonheur de la personne qu’on aime…je m’étais toujours dit que c’était quelque chose d’impossible, mais depuis que j’étais amoureux de Joyce, je pouvais y croire, la preuve : je ne lui ai jamais imposée ou demander de rester à Los Angeles : si elle avait besoin de partir, de changer d’air, alors, c’était d’accord. Mais à la condition que je vienne avec elle. Franchement, qu’est-ce que j’aurais fait sans elle ? Avant d’être avec elle, je n’étais rien qu’une épave, un gars qui avait tellement peur à cause de son passé qu’il faisait n’importe quoi : je buvais trop, je me droguais trop…enchainer les fêtes, enchainer les filles…ça n’était pas une vie, vraiment pas.

Partir, c’était aussi comme un peu fuir le passé qui me faisait toujours autant mal aujourd’hui. Même si j’essayais d’aller de l’avant, avoir ma sœur en permanence qui ne m’adresse plus un mot et qui me dit clairement qu’elle aurait préféré que je meurs plutôt que mon petit frère…c’était dur, vraiment très dur. Sincèrement, partir était la meilleure solution, au fond. Après tout…les fois où nous avions été le mieux tous les deux, c’était quand nous étions à Disney, très loin de LA rien que nous deux et la semaine que nous avions passés encore une fois, rien que nous deux enfermés dans son appartement. Et partir dans un pays, dans une ville, un endroit où personne ne nous connaissait nous et notre histoire…Joyce avait eu pas mal de difficultés avec notre couple, parce qu’elle avait peur du regard des gens sur nous, puisque nous étions réputés comme être les deux plus grands rivaux de la fac. Ici, personne ne savait qu’on se détestait avant, qu’on se haïssait même…nous étions juste, Joyce et Joshua. C’était comme débuter une nouvelle vie, sans aucun passé, aucun préjugé de la part des gens…

Les adieux n’ont pas été très faciles, Alan avait le plus de mal à comprendre et à l’accepter, mais bon…il avait Faune maintenant et nous n’allions pas mourir : internet, le téléphone…c’était sûr que nous n’allions pas perdre contact ! Dire adieu aux Phis aussi, ça ne fut pas facile, mais si j’aurais dû choisir entre la confrérie et Joyce, je choisis Joyce, sans aucune hésitation, et c’est ce que j’ai fait, en fait… J’ai donc vidé ma chambre et j’ai été me désinscrire de l’université. De toute manière, dans ces cours-là, je me faisais chier à en mourir. Notre avion a décollé dans la nuit et nous sommes arrivés en Argentine au petit matin. J’avais déjà réservé une chambre d’hôtel pour nous deux et nous sommes direct aller nous couché pour nous reposer du voyage. J’étais un peu nerveux, je me demandais comment ça allait se passer en fait entre Joyce et moi…est-ce qu’on allait vivre ensemble ? Ou séparément.. ? Rien que cette question me tracassait déjà l’esprit. Après notre petite sieste, nous avons pris une bonne douche (ensemble, bien sûr… (parce que je ne conçois pas prendre une douche sans elle )) et nous nous sommes préparés à sortir pour faire une petite visite de la ville. Il faisait un peu frais et le ciel commençait déjà à s’assombrir lorsque nous sommes descendus de l’hôtel pour marcher dans les rues de la capitale. J’avais l’impression d’avoir un poids en moins sur les épaules, de recommencer vraiment tout à zéro. J’aperçus le port au loin et je l’emmenais sur celui-ci en m’asseyant au bord pour avoir nos pieds dans le vide. Je gardais bien sa main dans la mienne et je regardais le ciel, « A LA on voit pas les étoiles aussi bien qu’ici… ». Je soupirais et je baissais ma tête pour la regarder et lui sourire. Je déposais un baiser sur sa main qui était encore dans la mienne. « J’suis certains qu’on sera heureux ici… »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
« Nine Joyce Spring »
IDENTITY CARD

Féminin
→ NOMS COMPLETS : Nine Joyce Spring
→ SITUATION : En couple
→ PAPIERS : 46
→ BOULOT : aucun
→ J'AIME : Les pandas
→ J'AIME PAS : Ceux qui n'aiment pas les pandas



MessageSujet: Re: Josh & Joy' ▢ I'd catch a grenade for you   Mer 28 Sep - 11:43

Joshua & Joyce

Au début je n’étais pas chaude à l’idée que Joshua me suive… Je me suis même beaucoup questionnée à propos de notre futur et cela me faisait vraiment très peur. Je n’avais jamais eu à faire ce genre de réflexion et je ne croyais pas avoir à le faire avant très longtemps… Je n’ai que vingt ans, après tout. Ma mère m’a souvent répétée –sous l’effet d’alcool, certes- que l’amour à un jeune âge n’est jamais dû pour durer plus de quelques mois. Joshua et moi… nous étions ensemble depuis à peine deux mois et nous avions déjà quitté la ville ensemble pour aller vraiment très loin de Los Angeles.

Voilà pourquoi je me posais beaucoup de questions… et encore, je ne parle pas du tatouage que Josh a voulu se faire faire. Mon prénom, quelque part, sur son corps… n’est-ce pas ridicule ? J’ai beau essayer de le raisonner mais il s’en fou. L’argent pour lui ne compte pas et il est persuadé que le tatouage était une bonne idée ! Le pire dans tout ça, c’est que j’ai céder. Je ne suis pas une fille facilement approchable, qui fait facilement confiance aux gens… mais je lui ai laissé le feu vert. Et encore, j’ai même eu l’idée de l’accompagner et de me tatouer aussi… Qu’elle imbécile, franchement. Lui il a peut-être l’argent pour se payer l’effaceur, mais pas moi ! J’ai beau me le répéter mais je n’y peux rien, l’envie persiste.

Mais après Joshua, s’il me quitte un jour, je ne crois vraiment pas pouvoir survivre au choc. Joshua a tellement tout fait pour me plaire, il a creusé jusqu’à l’os pour y arriver et même, jusqu’au cœur. Il est ancré en dedans de moi et n’est pas prêt d’en ressortir… Je m’y suis tellement attachée. Peut-être que ça ne parait pas trop, vu comment je suis froide et distante, ou vu comment je dis ou prouve que très peu que je l’aime.

Mais j’le pense. J’le ressens.

Bref. Au final nous avions déménagé à Buenos Aires… Ça me faisait un peu peur parce que je connaissais le français, l’anglais, mais pas l’espagnol. Le plus, au début je ne savais même pas que c’était en Argentine… donc je n’avais aucun réel intérêt pour Buenos Aires. Mais il y avait un cousin de Joshua qui était prêt à nous faire découvrir la ville en cas de besoin. Alors nous avons sauté sur l’occasion.

Pour l’instant nous vivons dans un hôtel, qui est plutôt abordable… malgré le manque énorme d’argent que j’ai présentement. Dès que nous sommes arrivés à l’hôtel, Joshua et moi avions l’idée commune d’aller dormir directement. Le voyage nous avait épuisés, puis ensuite, nous pourrions visiter un peu la ville le soir… les bars, les parcs, etc.
Je me sentais tout petite dans la ville… C’n’était pas « chez moi ». Chez moi, c’est à Paris. Mais depuis le temps je m’étais habituée à Los Angeles. D’ailleurs, je me sentais exactement comme lorsque je suis arrivée à LA, impuissante… Personne ne me connaissait, je devais refaire ma réputation.

Nous nous dirigeâmes vers le port main dans la main, il ne faisait pas trop froid, on était plutôt bien dehors… Nous nous sommes assis sur le rebord pour balancer nos pieds dans le vide.

À LA on ne voit pas les étoiles aussi bien qu’ici…

J’hochai la tête et regardait le ciel à mon tour… C’est vrai qu’à Los Angeles on n’a pas l’occasion de voir très souvent les étoiles…

J’suis certains qu’on sera heureux ici…

J’hochai la tête puis baissais les yeux pour regarder mes genoux… Elaïs, Claes, mon cousin Alan… ils vont tous me manquer… Je me sent un peu mal d’avoir quittée comme ça.

Josh... t'es sûr que tu veux faire ça ?... J'veux dire... Emménager avec moi loin d'LA... On peut aussi garder contact sur MSN ou sur Facebook... Téléphone ou e-mail ! J'peux venir te voir souvent aussi... Mais ne t’oblige pas à changer de vie pour moi...

Je déglutis et gardais les yeux baissés… j’avais la gorge nouée, avec une envie de pleurer en prime… J’espérais que Joshua ne me reproche jamais de l’avoir « entrainé » ici, loin de sa famille.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
« L. Joshua Turner »
IDENTITY CARD

Masculin
→ NOMS COMPLETS : Joshua Logan Turner
→ SITUATION : En couple
→ PAPIERS : 39
→ BOULOT : A la recherche d'un boulot
→ J'AIME : Joy', les pandas, le soleil, le chocolat
→ J'AIME PAS : Les ascenseurs, les souvenirs..



MessageSujet: Re: Josh & Joy' ▢ I'd catch a grenade for you   Mer 28 Sep - 12:33

Josh & Joyce

Ça n’était pas toujours facile d’être en confiance avec Joy’…celle-ci me montrait assez rarement qu’elle m’aimait, rien que le dire, ça n’arrivait pas tellement souvent, en fait. Nous étions très loin d’être deux personnes romantiques ou niais, alors quand je n’avais pas vraiment le moral, j’avais parfois du mal à me raccrocher à cette idée, celle comme quoi de toute manière, Joy’ était folle amoureuse de moi. Pourtant, pas mal de choses le prouvait, en fait. Comme le fait qu’elle ait cédée pour le tatouage alors que à première vue, c’était tout simplement impensable...et puis, il y avait aussi la chaine de son père qu’elle m’avait offert, d’après tous ses amis, ça n’était pas rien puisque cette chaine était très importante à ses yeux. Et aujourd’hui, le fait qu’elle ait cédée que je la suive jusqu’ici pour ne pas avoir à être séparés…oui, c’est vrai que pas mal de choses le prouvait, surtout quand on savait que Joy’ était le genre de fille qui était assez froide et distante, surtout avec les hommes par manque de confiance.

Mais moi, c’était différent.

Elle avait confiance en moi. Assez pour me céder tout ça, assez pour m’avoir laissé l’aimer, assez pour qu’elle ait le cran de me prendre la main à la fac devant tous nos amis qui étaient tous, carrément sur le cul de savoir qu’on était ensemble et que ça n’était pas juste une histoire de cul. Peut-être que j’étais plus démonstratif qu’elle, je ne savais même pas trop pourquoi. Enfin...si, peut-être parce que moi, je n’avais encore jamais eu le cœur brisé à cause d’une histoire d’amour. Joyce avait dû se forger une carapace, elle avait tellement peur de retomber amoureuse et d’avoir à nouveau mal… et quand je voyais qu’elle avait quand même fini par me faire confiance et par tomber amoureuse de moi, je ne pouvais pas m’empêcher de penser que c’était tout simplement le fruit du destin. Car nous étions vraiment les dernières personnes que les gens auraient pensé à mettre ensemble à Los Angeles puisque tout le monde savait que nous nous détestions, à une époque.

Cela ne faisait même pas vingt-quatre heures que nous étions en Argentine, et j’avais déjà l’impression d’avoir été soulager d’un poids sur mes épaules. C’était vraiment comme recommencer sa vie à zéro, ou presque, puisque Joyce était là. Assis sur le port, main dans la main…l’ai était vraiment différent ici qu’à LA…le temps l’était certainement aussi. Je ne savais pas grand-chose là-dessus, mais j’espérais qu’il faisait quand même bon ici, j’adorais la chaleur et le soleil. Mais pour l’instant, le temps avait l’air parfait ici, le vent était vraiment très agréable pour donner un côté beaucoup plus supportable. Et voir les étoiles comme ça, c’était tout simplement magique, je n’en avais jamais vu autant en vrai (sans compter quand j’avais huit ans et que j’avais été au musée des sciences avec ma classe).

Personnellement, j’étais certains qu’on serait heureux ici. Nous l’étions à chaque fois que nous étions ensemble, et surtout, à chaque fois que nous étions ensemble coupé de notre train-train habituel, loin de Los Angeles. Partir loin de sa ville d’origine, certes, ça fait bizarre, on perd ses repères etc…mais c’était une bonne aventure, de partir. Découvrir le monde…c’était vraiment mon rêve : faire le tour du monde, découvrir pleins de pays et de cultures différentes… Enfin… je vis le comportement de Joyce changer, elle baissa la tête, visiblement, j’avais encore réussis à la mettre mal à l’aise. J’avais vraiment le don pour ça…

« Josh... t'es sûr que tu veux faire ça ?... J'veux dire... Emménager avec moi loin d'LA... On peut aussi garder contact sur MSN ou sur Facebook... Téléphone ou e-mail ! J'peux venir te voir souvent aussi... Mais ne t’oblige pas à changer de vie pour moi... »

« Tu m'dis ça alors que tout est déjà fait... »

je soupirais et je lâchais sa main, j’avais l’impression qu’elle cherchait encore un moyen de se débarrasser de moi. Comme si ma présence ici n’était pas une preuve de ma bonne volonté : bien sûr, que j’étais sûr ! Je n’avais plus rien qui me retenait à Los Angeles. Voir ma propre sœur me détester…c’était beaucoup trop dur pour moi et LA était bourré de souvenirs avec mon petit frère, aussi ce qui ne m’aidait pas tellement à déculpabiliser ou encore, à oublier. Elle avait toujours les yeux baissés, elle avait peut-être peur de ma réaction. Je regardais autour de moi et je soupirais à nouveau avant de la fixer

« Les relations longues distance, c’est pourris ça marche jamais ! …Pourquoi, tu préférerais qu’on garde seulement contact grâce à internet et au téléphone ? Tu préfères pas que j’sois avec toi ? »

Je me pinçais la lèvre en regardant les bateaux devant moi,

« Si tu veux pas de moi avec toi, dis le tout de suite et j’repartirais gâcher ma vie à LA… »


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

« Contenu sponsorisé »
IDENTITY CARD




MessageSujet: Re: Josh & Joy' ▢ I'd catch a grenade for you   

Revenir en haut Aller en bas
 

Josh & Joy' ▢ I'd catch a grenade for you

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Remember That Day :: || Les arrondissements de Buenos Aires || :: Puerto Madero; :: Le port de Buenos Aires-