AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Partagez | 
 

 En compétition, on séduit par l'efficacité, pas par le charme. Enfin, les deux sont toujours conciliable. ♦ Warren

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

avatar
« Enora C. Quispe »
IDENTITY CARD

Féminin
→ NOMS COMPLETS : Enora, Cheyenne Quispe.
→ SITUATION : Profite de la vie, célibataire.
→ PAPIERS : 380
→ BOULOT : Serveuse dans un bar. Restaure la Sybille dès qu'elle en a le temps.
→ J'AIME : Les hommes, la fête, son bateau, la mer, son grand père ♥ Le parachute, l'armée, la vie, la peinture, les voyages. TOUT.
→ J'AIME PAS : Nada. Faut prendre la vie côté coca-cola.



MessageSujet: En compétition, on séduit par l'efficacité, pas par le charme. Enfin, les deux sont toujours conciliable. ♦ Warren   Sam 13 Aoû - 5:16

    Warren & Enora
    En compétition, on séduit par l'efficacité, pas par le charme. Enfin, les deux sont toujours conciliable.

    Le retour de la jeune femme dans son pays natal l'Argentine c'était fait sans aucune encombres, elle avait commencé par remettre en état son héritage familial, la maison en bord de mer de son grand-père Daniel, dans laquelle elle avait passé toute son enfance. Pour se sentir chez elle et parce qu'en un an, la poussière avait prit possession des lieux et cela était tout à fait normal. Puis, Enora avait peu à peu reprit ses habitudes, cela lui avait d'ailleurs permis de retrouver après, plus d'un an de silence, dû à sa fuite et son escapade en Europe, Manuel. Quelqu'un avec qui elle avait passé beaucoup de temps lorsqu'elle habitait encore en Argentine. Elle avait passé une excellente soirée, à leur image, pétillante, surprenante et dangereuse. D'ailleurs, ces retrouvailles lui avait donné envie de revoir d'anciennes relations, qui était parfois un peu plus que de simple connaissances. Notamment Warren.

    C'est pourquoi, ce jour-là, alors qu'elle était en train de restaurer son voilier sur le chantier naval, elle envoya un sms au jeune homme pour s'il souhaitait la revoir, la rejoindre dans ce même endroit. C'était la première fois, qu'elle venait s'occuper du navire, les derniers jours ayant étés assez chargés, mais, le plaisir était là, elle se sentait revivre de faire enfin ce dont elle rêvait depuis si longtemps. Le bateau était là, elle pouvait le toucher, ce n'était plus un mirage, non c'était vraiment réel. Maintenant, elle savait que cela allait être long, qu'il y avait énormément de travail, mais avec une détermination et une motivation sans failles, elle ne pouvait qu'y arriver. Aujourd'hui, elle avait prévu, de poncer la coque du navire, pour retirer les restes de peinture, de cette manière elle pourrait entièrement le repeindre à son gout et surtout réparer la coque si le besoin était.

    Les cheveux noués en une queue de cheval, elle avait également mit un bandana pour empêcher quelques mèches rebelles de tomber sur son visage, plié de façon à former un simple bandeau. Peut-être que c'était légèrement ou même très démodé, mais qu'importe, c'était super pratique et puis, il y avait pas grand passage sur le chantier. C'était désert, silencieux. Silence vraiment appréciable, revitalisant, apaisant. Habillée de sa vielle combi-short en jean, la jeune femme n'était pas vraiment à son avantage, bien que cette tenue laisse parfaitement ses fines jambes à la vue de tous. Avantage inconsidérable. Bref ... Enora était vraiment appliqué dans ce qu'elle faisait, elle était tellement admirative envers cette construction, parce qu'elle représentait toute sa vie, tous ce dont elle avait rêvé. Un peu coupé du monde, entièrement dans sa bulle, elle travaillait depuis bientôt deux heures, sans pause, mais cela ne l'embêtait pas, bien au contraire, elle préférait ça plutôt que d'aller travailler dans le bar dans lequel elle était employée.

    Spoiler:
     

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
« D. Warren Sullivan »
IDENTITY CARD

→ PAPIERS : 65



MessageSujet: Re: En compétition, on séduit par l'efficacité, pas par le charme. Enfin, les deux sont toujours conciliable. ♦ Warren   Jeu 18 Aoû - 5:44


Enora && Warren
« SI ON FAISAIT UN FLASHBACK, QU'ON REVENAIT EN ARRIERE ...»


    Cela faisait plus d'une heure que Warren s'obstinait à apprendre à Zooey à aller sur le pot quand elle avait envie de faire pipi, mais cela s'avérait un vrai échec. Soupirant, il finit par baisser les bras, reconnaisant qu'il s'y prenait soit trés mal pour l'éducation, soit qu'il n'était absolument pas fait pour ça. A côté de ça, Noah, son frère, c'était crée une bataille navale à lui tout seul dans la salle de jeu et avait foutu un désordre indéscritible telle une bombe. Si Warren n'était pas aussi épuisé, il en aurait certainnement rit, mais là, il était un peu à bout. Il lui demanda alors de ranger et rahabilla Zooey. Heureusement pour lui, les jumeaux allaient chez la nounou aujourd'hui et c'était un immense soulagement. Warren avait toujours un peu de scrupule à laisser ses enfants à une étrangère mais il trouvait ça bien pratique et il oublié vite sa culpabilité. Et puis, les élevant seul, il n'avait pas d'autre choix que de les faire garder de tant à autre si il voulait avoir encore une vie sociale. Pour son aprés-midi, il avait prévut de se rendre à la base, histoire de faire un peu de travail supplémentaire. Il fallait bien le reconnaitre, sa vie d'avant lui manquait beaucoup... Il ne parlait pas des missions en Irak, mais plutôt de son équipe, ses gars qui étaient devenus comme sa seconde famille, ses gars qu'il avait laissé tombé pour s'occuper des enfants de ses meilleurs amis disparuent tragiquement dans un accident de la route.

    Pour lui, se rendre à la base c'était être présent, même si ce n'était plus comme avant, même si il mourrait d'envie de sauter dans un de ces hélicoptères et de retourner se battre, de se rendre utile, comme avant... Retour à la réalité, quand il entendit des cris à l'étage. Warren, toujours aussi anxieu qu'une jeune mère venant d'accoucher, accoura auprés des petits. Comme souvent, rien de mal, hormis une grosse crise de colère dut à la fatigue. Warren jeta un coup d'oeil à sa montre. Il était l'heure d'y aller. Ni une, ni deux, il prit un des petits dans chacuns de ses bras et les mit dans la poussette. Sur les côtés, il y accrocha deux sac à dos, un rose Dora pour Zooey et un Rouge Spider-man pour Noah. Oui, Warren c'était fait avoir comme tous les parents et comme tous les parents, il s'en voulait mais c'était toujours eux qui avait le dernier mot de toute façon. Une fois toute la troupe dehors, Warren poussa la pousette, ou plutôt le tank miniature chez la nounou qui, heureusement, n'habitait qu'as quelques patés de maison de chez Warren. Une fois devant la porte, il eut encore cette boule au ventre de les laisser. "Je viens les cherchez à 18h30...Il y a tout ce qu'il faut dans les sacs, et vous pouvez m'apeller sur mon por...", mais la nounou entra la pousette à l'intérieur. "Je sais Mr.Sullivan, je sais. A tout l'heure". Oui bon d'accord, peut être qu'il en faisait un peu trop.

    Ce n'est qu'une fois en route pour la base qu'il reçut un sms...d'Enora ! Il était un peu surprit d'avoir de ses nouvelles. Sa avait toujours était étrange entre eux... Surprit mais heureux, il décidea de ne pas lui répondre et de lui faire la surprise. Aprés tout, le chantier naval était à côté de la base, il ne changeait rien à son itinéraire. Une fois avoir garé son 4x4 familiale sur le parking du port, Warren fit le chemin à pied. Il n'avait pas souvent mit les pieds ici mais il aimait bien cet endroit. Mains dans les poches, il marcha jusqu'au ponton et il y vut Enora, de dos, toujours aussi belle. Rabaissant ses lunettes sur son nez, il ne bougea pas. "Alors tu t'est enfin décidé à retapper cette carcasse ?", dit-il le sourir aux lêvres.

______________________





Warren . On croit toujours maitriser sa vie, savoir tracer son chemin. On croit fier de nous, avoir tout comprit. Jouer celui que rien n’ateint, en faite, on est sur de rien. Juste un homme qui grandit un moment dans sa vie. Juste un homme qui fait tomber les aprioris. Comme un homme sans abri, s’abandonne, se confie et qui donne tout ce qu’il a en lui. l'instinc masculin
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
« Enora C. Quispe »
IDENTITY CARD

Féminin
→ NOMS COMPLETS : Enora, Cheyenne Quispe.
→ SITUATION : Profite de la vie, célibataire.
→ PAPIERS : 380
→ BOULOT : Serveuse dans un bar. Restaure la Sybille dès qu'elle en a le temps.
→ J'AIME : Les hommes, la fête, son bateau, la mer, son grand père ♥ Le parachute, l'armée, la vie, la peinture, les voyages. TOUT.
→ J'AIME PAS : Nada. Faut prendre la vie côté coca-cola.



MessageSujet: Re: En compétition, on séduit par l'efficacité, pas par le charme. Enfin, les deux sont toujours conciliable. ♦ Warren   Jeu 18 Aoû - 11:13

    Warren & Enora
    En compétition, on séduit par l'efficacité, pas par le charme. Enfin, les deux sont toujours conciliable.

    Entendre le bruit des vagues se brisants sur les bords du port était tellement agréable, tellement relaxant. Travailler si proche de la mer était vraiment appréciable, surtout pour quelqu'un qui vouait une véritable passion pour celle-ci, qui était en admiration pour cette merveille de la nature qu'est l'océan. Enora aurait pu passer des heures là, à exécuter un travail, une tâche éreintante, rien ne l'arrêterait, car cette eau à perte de vue était sa force, son moteur. Cela ne l'aurait peut-être pas été si son grand-père ne lui avait pas transmit cet amour pour l'océan, mais dans tous les cas, il lui avait transmit et elle en était plus que fière. La jeune femme était arrivée très tôt le matin, à l'aube pour tout dire, sur le chantier naval, pour ne perdre une minute d'une de ce sublime spectacle qu'est un lever de soleil au bord de l'eau et d'autre part, pour ne gâcher un instant de travail. Quand cette jeune femme au caractère bien trempé avait décidé de faire quelque chose, elle n'en démordait pas, elle voulait se donner à fond, ne rien lâcher, aller au bout d'elle-même ! Lorsqu'elle c'était mit en tête de récupérer le bateau dont avait rêvé toute sa vie Daniel, elle n'avait pas faiblie sous la difficulté de la tâche et elle n'avait pas non plus prit ses jambes à son cou en voyant le travail qui l'attendait.

    Après quelques heures de travail, elle avait fini par envoyer un sms à un ami qu'elle n'avait pas vu depuis tant de temps qu'elle ne se souvenait pas de leur dernier moment ensemble, leur première rencontre par contre, elle ne s'en souvenait que très bien. Enfin, quand on dit ami, c'était un peu plus compliqué que ça. C'est tout Enora en faites, la simplicité, elle ne connait pas. C'est plus fort qu'elle. Alors, oui, elle était amie avec Warren, mais ils avaient installé entre eux une compétitivité importante et la jeune femme faisait tout pour l'épater. Parce qu'il ne l'avait pas prise au sérieux lors de leur première discussion et depuis, c'était resté. Et puis, Enora ne restait pas insensible au charme de cet homme au charme certain. Il faudrait vraiment être très difficile. Elle avait proposé à Warren de la retrouver là sur le chantier naval, mais il n'avait pas donné de réponse, peut-être avait-il changé de numéro, peut-être avait-il quitté Buenos Aires, ou bien tout simplement l'avait-il oublié. En un an, il se passe tellement de choses.

    La jeune femme c'était finalement replongée dans son travail, se renfermant dans sa bulle. Une dizaine de minutes plus tard, elle était toujours absorbée par sa tâche quand elle entendit une voix, elle ne put s'empêcher de sourire à l'entente de celle-ci. Il ne l'avait donc pas oublié. C'était forcement lui. Warren. Sans attendre elle se retourna pour lui faire face, il se tenait débout, non loin de là, avec toujours là même allure, lunette de soleil, main dans les poches, c'était tout lui. « Alors tu t'es enfin décidée à retaper cette carcasse ? » La jeune femme ne put s'empêcher de lever les yeux au ciel, à croire qu'il ne la connaissait pas. Enora n'est pas du genre de femme à parler pour ne rien dire, non, quand elle affirme quelque chose, elle le fait, coûte que coûte. « Quand j'ai quelque chose en tête, tu sais que je ne lâche jamais. » Elle marqua une pause, jetant un regard à la Sybille qui était désormais son voilier, son bateau, sa propriété. « C'est vrai, que j'ai mis beaucoup de temps, mais bon, maintenant, ce rêve ne m'échappera plus jamais. » Quand, elle regardait cette « carcasse » comme il disait, elle avait le regard pétillant de bonheur, parfois même, les yeux larmoyants. Ce bateau était peut-être une force, mais il était aussi une faiblesse, car, ce bateau c'était une part de son grand-père. Peu de personnes avait « la chance », si on peut appeler ça comme cela, de venir à cet endroit avec elle, car elle préférait être seule. Mais, il y a des exceptions à tout.

    Enora s'approcha du jeune resté à distance du navire, elle voulait savoir comment il allait, ce qu'il avait fait de l'année qui précédait, s'il était reparti en mission, tant de choses en faites. « Comment tu vas depuis tout ce temps ? » Elle afficha sur son visage un large sourire. La jeune femme était heureuse de retrouver ses racines, cela se lisait sur son visage comme dans un livre ouvert. L'Argentine lui allait tellement bien au final.

    Spoiler:
     

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
« D. Warren Sullivan »
IDENTITY CARD

→ PAPIERS : 65



MessageSujet: Re: En compétition, on séduit par l'efficacité, pas par le charme. Enfin, les deux sont toujours conciliable. ♦ Warren   Ven 19 Aoû - 3:21

    La journée était plus que superbe. Le soleil était bien présent mais un petit vent venait raffraichir les passant. Pour Warren, cette journée avait prit un tournant différent de ce à quoi il avait pensé. En route pour le chantier naval, il avait quelque peu oublié la base militaire et ces soldats. Depuis qu'il atait devenut qu'un simple instrcuteur, sa vie ne lui semblait plus aussi atrayante qu'avant. Même si il restait dans le corps de l'armée, qu'il continuait de voir des commandos, qu'il était renseigné sur les missions à l'étranger, il avait l'impression d'être l'ombre de lui même. Souvent, il se demandait ce que se serait sa vie si il se serait resté parmis eux. Serait-il toujours en vie à cette heure-çi ? Que seraient devenus ses enfants ? Et June ? June... Comme a chaque fois qu'il pensait à elle, il avait une douleur dans la poitrine, une sorte de décharge, un manque... En tout cas, il était heureux de s'échapper de sa vie qui était rythmé par les jumeaux. Depuis qu'il les avaient à sa charge, les deux bambins avaient prit le controle de sa vie. Tout, il faisait tout en fonction d'eux. Il n'avait pas vraiment d'amis, et quand a avoir une petite amie fixe, c'était devenut mission impossible. De toute façon, depuis June, il n'y avait eut personne. Bien sur, il avait flirté, il avait couché avec une ou deux fille un soir par hasard, mais c'était tout. A part Enora, aucune fille ne lui avait suffisament plus pour vouloir changer quoi que ce soit. Mais elle était partit et il ne l'avait pas retenut.

    C'est pourtant comme un simple ami qu'il la rejoignit sur son bateau. Elle n'avait pas changé, elle semblait en forme. Elle avait toujours cette croupe parfaite, ses formes généreuses et ce sourire à tomber. Warren était heureux de constater que certaines choses ne changent pas. Oui, Enora n'avait pas changé, elle était bien là devant lui, visiblement contente de le voir, sinon pourquoi lui envoyer un message ? « Oh ça je sais », lui dit-il avec un sourir coquin au coin des lêvres. Sans ajouter d'autre, il sauta du ponton a la barque et s'approcha d'elle. Il avait l'impression de cramer tant la chaleur était étouffante. Warren était content qu'elle décide de s'y mettre. Elle lui avait déjà parlé de ce bateau, laissé à l'abandon. Au fond, elle avait toujours souhaité le retaper mais il n'avait jamais sut ce qu'il lui avait manqué. Du temps ? De l'énergie ? Peu importé maintenant puisqu'elle c'était mise au travail. « Tu est sur de pouvoir faire ça toute seule ? C'est un travail fatiguant, usant... Tu vas pas pouvoir tout plaquer quand t'en aura envie, hien ? Tu t'en sens capable, vraiment ? », oui il la taquinait, mais sa avait toujours été comme ça entre eux. Enora avait toujours eut besoin de montrer à Warren qu'elle était forte et courageuse et celui-çi lui avait toujours dit en douter, voilà de quoi était partit leur "complicité". Seulement, ce petit affrontement était souvent lourd de sous entendus.

    Assis sur la rembarde, les yeux rivés sur ce qu'elle faisait, Warren avait l'impression d'être sur une autre planete. Pour une fois depuis l'arrivé des petits chez lui, il avait l'impression d'être libre de ses mouvements et de ses paroles. Il était curieux de savoir ce qu'était devenut la jeune femme, ce qu'elle avait fait durant son absence et si elle avait trouvé la-bas ce qu'elle cherchait. Un an, c'était long. Mais Warren avait toujours sut n'avoir qu'une place mineure dans la vie de la jeune femme et cela lui convenait bien. Ils avaient sympathisés, c'étaient tournés autour, mais elle était partit et lui avait dut s'occuper d'autres choses, c'était comme ça. « Je vais plutôt bien comme tu le vois. On fais avec, hien ? Je suis toujours dans l'armée, du moins je suis à la base, j'ai aretté les missions, question de timing », lui dit-il simplement. Le timing en question s'apellait Zooey & Noah, deux tornades de 3 ans. Mais Warren avait beau être dépassé par tout ça, il aimait ces enfants comme les siens, même si les élever seuls était devenut ussant. « Et toi alors ? Heureuse d'être de retour parmis nous ? Tu sais que ta fais des malheureux à la base », dit-il en éclatant de rire. Il est vrai qu'Enora avait fait son petit effet lorsqu'elle venait suivre des instrctions sur la base militaire, Warren le premier.

______________________





Warren . On croit toujours maitriser sa vie, savoir tracer son chemin. On croit fier de nous, avoir tout comprit. Jouer celui que rien n’ateint, en faite, on est sur de rien. Juste un homme qui grandit un moment dans sa vie. Juste un homme qui fait tomber les aprioris. Comme un homme sans abri, s’abandonne, se confie et qui donne tout ce qu’il a en lui. l'instinc masculin
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
« Enora C. Quispe »
IDENTITY CARD

Féminin
→ NOMS COMPLETS : Enora, Cheyenne Quispe.
→ SITUATION : Profite de la vie, célibataire.
→ PAPIERS : 380
→ BOULOT : Serveuse dans un bar. Restaure la Sybille dès qu'elle en a le temps.
→ J'AIME : Les hommes, la fête, son bateau, la mer, son grand père ♥ Le parachute, l'armée, la vie, la peinture, les voyages. TOUT.
→ J'AIME PAS : Nada. Faut prendre la vie côté coca-cola.



MessageSujet: Re: En compétition, on séduit par l'efficacité, pas par le charme. Enfin, les deux sont toujours conciliable. ♦ Warren   Dim 21 Aoû - 1:46

    Warren & Enora
    En compétition, on séduit par l'efficacité, pas par le charme. Enfin, les deux sont toujours conciliable.

    Un soleil comme cela est tellement appréciable, beaucoup irait en sa présence, se prélasser toute la journée sur une plage de sable fin, pour Enora, c'était tout autre-chose, déjà passer sa journée allongée sur une serviette était casi-impossible pour elle, qui ne tient pas en place. Son hyperactivité est peut-être un défaut, mais au moins, la jeune femme ne passe pas pour quelqu'un de totalement dépourvu de personnalité et surtout pour quelqu'un de superficiel, dans la norme. Non, parce qu'elle n'aime pas tous ces prototypes qu'on voit dans les films, dans les magasines, pour elle, être comme ces gens représentaient dans ces médias c'est banal. Peut-être que pour certain, retaper ce bateau serait un travail, pour elle c'est un totalement autre chose, c'est un loisir, un plaisir. Quand la jeune femme lança à Warren, que qu'en elle avait quelque chose en tête, elle n'abandonnait jamais, il afficha un sourire sur son visage. « Oh ça, je sais. » En même temps, il n'avait pas trop le choix, il avait bien vu lors de leur première rencontre qu'Enora ne baissait pas les bras, il ne la prenait pas au sérieux, pour lui, elle n'était pas sérieuse sur le fait qu'elle pensait à s'engager dans l'armée, c'est vrai qu'au premier abord, Enora passe pour une jeune femme tout ce qu'il y a de plus normal, pourtant, elle est tout le contraire.

    « Tu es sur de pouvoir faire ça toute seule ? C'est un travail fatiguant, usant... Tu vas pas pouvoir tout plaquer quand t'en aura envie, hein ? Tu t'en sens capable, vraiment ? » Elle releva la tête, posant son regard sur lui, il se fichait d'elle, c'était impossible de voir la chose autrement. Bien entendu qu'elle pourrait faire ça toute seule et peut-être que ce serait fatiguant, mais réaliser un rêve à toujours un prix et qu'importe serait le prix de celui-ci, la jeune femme était prête à le payer. Coûte que coûte. « J'en suis capable et je ne lâcherais pas, je n'ai jamais rien abandonné de ma vie, je ne compte pas commencé maintenant. Faudrait que tu arrêtes un jour, de douter de moi comme ça. » Il faisait ça pour la taquiner, peut-être, mais, qu'il mette sa parole en doute avait parfois tendance à l'exaspérait, bon, heureusement pour lui Enora n'était pas du genre à prendre la mouche pour ce genre de détail.

    Alors que la jeune femme continuer de travailler, Warren c'était installé sur la rambarde, face à elle. Enora lui demanda comment il allait depuis la derniere fois qu'ils c'étaient vus, c'est-à-dire, il y a plus d'un an maintenant. « Je vais plutôt bien comme tu le vois. On fait avec, hein ? Je suis toujours dans l'armée, du moins je suis à la base, j'ai arrêté les missions, question de timing. » La jeune femme ne pût s'empêcher de lui lancer intérogateur, pas l'espace d'une seule seconde, elle n'aurait pût imaginer qu'il aurait arrêté de partir en mission, cela lui aurait parût trop étrange, ce n'était pas vraiment lui. Question de timing, elle se demandait ce que cela voulait dire pour lui et le « On fait avec .. » N'était pas de bon présage. Elle n'eut le temps de lui poser des questions, qu'il lui retournait sa question. « Et toi alors ? Heureuse d'être de retour parmi nous ? Tu sais que t'as fais des malheureux à la base. » La jeune femme laissa échapper un léger rire, qui étaient vraiment ces malheureux ? Pour elle, il parlait tout simplement de lui. Enfin, d'autres avaient surement étés déçus, mais il n'y avait aucun doute d'après elle, celui qui avait dû être le plus déçu était Warren. « Oui, vraiment soulagée de retrouver mes racines. Pour les malheureux, je n'avais pas le choix, je devais partir. » Si elle n'était pas partie, elle n'avait jamais vraiment passé à ce qui se serait passé, une chose est sûre elle aurait été placé en famille d'accueil et elle ne le voulait pas. « Et puis, si je n'étais pas partie, je n'aurais jamais racheté cette merveille. » Elle posa une main à plat sur le boit du navire, quand elle y repensait, ce voyage ou plutôt cette fuite, lui avait été plus que bénéfique.

    Elle se tourna vers Warren, quelque chose l'inquiétait, enfin, pas dans le sens où elle se faisait un sang d'encre, mais plutôt, dans le sens où elle trouvait cela étrange et qu'elle souhaitait en savoir plus, tout simplement. Au final, peut-être une simple curiosité, mais auquel elle attachait tout de même une importance. « Warren, pourquoi as-tu arrêté les missions ? » Elle savait que jamais pour rien au monde, il n'aurait arrêté, les militaires ont ça dans le sang, tous. Partir est nécessaire pour eux, alors pourquoi avait-il arrêté ? C'était tellement incompréhensible pour la jeune femme.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

« Contenu sponsorisé »
IDENTITY CARD




MessageSujet: Re: En compétition, on séduit par l'efficacité, pas par le charme. Enfin, les deux sont toujours conciliable. ♦ Warren   

Revenir en haut Aller en bas
 

En compétition, on séduit par l'efficacité, pas par le charme. Enfin, les deux sont toujours conciliable. ♦ Warren

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Remember That Day :: || Les arrondissements de Buenos Aires || :: Pinamar; :: Le chantier Naval-