AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Partagez | 
 

 Trop longtemps loin l'un de l'autre. || {Liam

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Invité

« Invité »
IDENTITY CARD




MessageSujet: Trop longtemps loin l'un de l'autre. || {Liam   Mer 13 Juil - 12:40


Liam & Alaska ♥

    Mercredi. Huit heure. Les oiseaux. Le soleil brille et tape. Il fait chaud et trop lourd pour dormir convenablement. Pourtant ce matin c'était grasse matinée. En théorie, parce qu'en pratique pas du tout. Depuis huit heures, je tournais dans l'appartement à faire le ménage de fond en comble, sans m'arrêter, sauf pour manger un gâteau, jusqu'à avoir terminée la boite. Je regardais l'heure sur ma montre, avant d'aller prendre une douche. Dix heures. Je n'avais aucune idée de quoi faire aujourd'hui. Je réglais l'eau sur le plus froid possible et me glissai sous le jet, en poussant un petit hurlement. Je me lavais en vitesse et ressortis avant de m'enrouler dans une grande serviette éponge. Je retournais dans ma chambre et fermais la porte. Je laissais la serviette glisser jusqu'au sol, observant mon profil dans la glace. S'il y a encore quelques semaines je pouvais dire que j'avais un peu trop forcé sur la mal bouffe, ce n'était plus le cas aujourd'hui. Je posais un doigt dessus et le laissais glisser, contournant le renflement entre mes hanches. Mes doigts se posent sur l'arrondi et je soupire tout en secouant ma tête de gauche à droite. J'avais comme l'impression que ce ventre rendait cette grossesse beaucoup plus vrai. Je ne pouvais plus la nier maintenant, ils étaient bien là. Les larmes me montèrent aux yeux alors que je cherchais mes vêtements. J'avais été obligé d'en racheter, parce que je ne fermais définitivement plus aucun short. Je ne supportais pas les robes ou les jupes, donc c'était assez compliqué. Pourtant, quelque chose me disait que j'allais être obligée de retourner faire les boutiques dans peu de temps et de reprendre encore de quoi m'habiller. Je secouais la tête et me vêtis rapidement, avant de ranger mes affaires. Je me jetais sur mon canapé et attrapais mon portable, cherchant quelqu'un à aller voir. Je tombais sur le prénom de Liam et réfléchis quelques secondes. Est-ce que je le prévenais ou non ? Avant d'avoir prit une quelconque décision, mes yeux se fermèrent et je m'endormis.

    Un gargouillement me réveilla aux alentours de midi et encore à moitié endormi je me levais avec difficulté pour aller manger. Je ne sais pas si j'avais vraiment faim, mais je voulais manger, donc autant en profiter. Je me préparais quelque chose et sortit un paquet de pépito. Je le posais sur la table, en même temps que mon assiette, pour penser à le prendre tout à l'heure. J'avalais mon repas en vitesse et après m'être un peu recoiffé, je récupérais toutes mes affaires et sortis sous la chaleur de ce début d'après-midi. Je fouillais dans mon sac pour trouver mes lunettes et les enfilais sur mon nez, avant de continuer ma route lentement. Quelques personnes se retournaient sur mon chemin, regardant mon ventre. Certaines femmes qui poussaient des poussettes me lançaient des petits sourires, compréhensives. Elles étaient forcément passées par là, et bientôt je ferais partie de cette espèce de club très fermé. Je continuais ma marche, relevant mes cheveux sur ma tête en chemin, dégageant un peu ma nuque. J'aperçus l'immeuble de Liam et accélérais un peu ma course, n'ayant pas envie de rester encore plus longtemps sous cette chaleur. Je montais à son étage et repris mon souffle, avant de lever mon poing pour frapper contre la porte. Et s'il n'était pas là ? S'il ne voulait pas me voir, cet après-midi ? Après tout, je n'avais pas eu le temps de l'appeler, m'étant endormi avant et il avait peut-être prévu autre chose. Je soufflais un coup quand j'entendis des pas derrière la porte. Liam apparût face à moi et je ne pus retenir un léger sourire venir étirer mes lèvres.

    Alaska Salut … J'peux … j'peux rentrer ?

    Je relevais mon visage vers lui et croisais mes bras, tentant vainement de cacher mon ventre, tout en lui parlant. Je pointais l'intérieur de l'appartement, sans réellement savoir quoi faire de plus. Il me fit entrer et je tentais un léger sourire dans sa direction. On ne c'était pas vu depuis un bon moment. Il savait que j'avais eu quelqu'un dans ma vie, peut-être pas la durée, mais il avait sut. Je ne me rappelle plus quant à savoir si je lui avais dis son prénom ou non, enfin bref. Je laissais tomber mon sac à main dans l'entrée et me tournais vers Liam, sans savoir quoi dire ou quoi faire. Je mordis l'intérieur de ma lèvre inférieur et grignotais la peau. J'aurais presque été tentée de me balancer d'un pied sur l'autre, mais non. Je relevais mon visage vers lui et attrapais mes mains pour tordre mes doigts, laissant voir le renflement de mon ventre. Ce n'était peut-être pas la meilleure façon de lui annoncer ça, du moins de le mettre au courant, mais je me voyais mal débarquer chez lui et lancer quelque chose du genre « Hey ! Salut ! J'pète la forme et j'sais pas si tu as vu, mais j'suis enceinte ! Bon ça fait que trois mois que j'attends des gosses. Ouais parce que y en a deux, en fait et le père le sait. Il c'est barré avant que je le sache, parce que j'ai juste tenté de me foutre en l'air deux fois. Sinon comment vas-tu ? » Définitivement pas. Il me fait signe de le suivre et je m'engage derrière lui, alors qu'il m'emmène dans une pièce. Sauf que mon regard accroche une photo. Curieuse, je m'approche doucement du cliché, comme s'il allait s'envoler d'un moment à l'autre. Je touche le papier du bout des doigts et je remarque qu'il tremble légèrement. Je contemple la photo un long moment, avant de soupirer et de poser la question qui brûlait mes lèvres.

    Alaska C'est … merde alors … C'est Vanille ?

    Je ne sais pas si le jeune homme est avec moi dans la pièce, ou non, mais à cet instant, je m'en fiche complètement. Je reconnaitrais ce regard entre mille. Je ne savais pas qu'elle était ici, en ville. Ni même que Liam la connaissait. Un léger sourire étira mes lèvres et les larmes montèrent aux bords de mes yeux. Peut-être qu'elle était dans le coin et que je pourrais la voir bientôt ?
Revenir en haut Aller en bas

avatar
« Liam Bailey »
IDENTITY CARD

Masculin
→ NOMS COMPLETS : Liam Bailey
→ SITUATION : En couple
→ PAPIERS : 392
→ BOULOT : Etudiant en chimie
→ J'AIME : Vanille.



MessageSujet: Re: Trop longtemps loin l'un de l'autre. || {Liam   Jeu 14 Juil - 6:08


    Mercredi. Huit heure. Les oiseaux. Le soleil brille et tape. Liam lui, est assis dans l'amphithéâtre au milieu des autres étudiants, attendant le début de son seul cours de la journée, quatre heures promettant un ennui mortel. Il croyait au début qu'en choisissant de faire des études de chimie, ses modules se limiteraient à cette matière, éventuellement de la biochimie. Et ces cours lui convenaient très bien. Des heures des décorticages intenses de toutes les molécules imaginables et leurs réactions entre elles, ça lui parlait. Il aurait pu passer toute son année dessus, uniquement sur ces cours. Sauf que non, il devait aussi de coltiner les cours d'Etude de la Matière, avec un prof à moitié fossilisé, prêt à s'étouffer à chaque quinte de toux, qui s'adressait à ses étudiants comme si ils étaient des chercheurs reconnus dans le monde. Incompréhensible quoi. Le blondinet tenta tant bien que mal de suivre le cours, puis lâcha l'affaire au bout de la première demi-heure. Il passa le reste du cours à scruter les inscriptions sur sa table, ainsi que les faits et gestes des autres élèves. Seule une binoclarde du premier rang était toujours suspendue aux lèvres du prof, tandis que les autres pratiquaient des activités diverses et variées, comme finir leur nuit, embrasser leur voisine, jouer au pendu, envoyer des textos, ou encore lire un livre de cuisine. Palpitant. Et encore, il ne s'agissait là que de la trentaine d'étudiants qui persévéraient à assister aux cours uniquement pour valider leur module et passer leur diplôme. Les trois autres quarts de la promo restaient chez eux. Il devrait peut être y songer en fait.

    Mais surtout depuis que Vanille était partie en Angleterre, il devait absolument trouver des activités pour s'occuper l'esprit, focaliser sa concentration sur un autre refrain que « Elle me manque ». D'autant qu'ils ne pouvaient même pas se téléphoner, puisque trois minutes de conversation revenaient à l'équivalent du montant de leur loyer. Liam songea alors qu'il devrait peut être envisager de se trouver un job quelque part, histoire d'avoir un peu plus de liberté que ce que lui autorisaient les pauvres allocations et autres « Bourse de pupille de la nation », qui suffisaient à peine à payer sa part du loyer. Puis il pourrait acheter une voiture. Et un chat pour Vanille.
    A ce moment là, la sonnerie retentit, et Liam sortit de la salle, au milieu du brouhaha ambiant émis par les étudiants affamés. Ses écouteurs sur les oreilles, il sortit du campus et se dirigea vers la bouche du métro.
    Beaucoup de gens ne supportent pas le métro. Trop de bruit, trop d'agitation, les gens sont malpolis, malodorants, et violents. Pas pour Liam. Habitué dès son plus jeune âge à se débrouiller tout seul dans les différents familles qu'il avait cumulées, prendre le métro faisait partie de ses habitudes, et il se sentait presque chez lui en montant dans le wagon. Tout ça lui était familier, autant que respirer.

    Arrivé chez lui, il commença à se préparer une omelette aux poivrons. Au début, il avait eu un peu de mal à cuisiner autre chose que des pâtes et des sandwichs au ketchup. Mais depuis peu, il commençait à s'améliorer et même à y prendre goût. Il était en train de trancher ses poivrons quand on toqua à la porte. Il posa la main sur la poignée, avant de se retrouver nez à nez avec Alaska, qu'il n'avait pas vu depuis une éternité. Au moins. Un sourire s'élargit sur ses lèvres, tandis qu'elle demanda si elle pouvait entrer.

    LIAM - Oh, Aly... Rentre ! Je suis en train de me préparer une omelette. T'as mangé ? Tu veux quelque chose ?

    Quelque chose la tracassait. Ils ne s'étaient pas vus depuis un bon moment, mais Liam savait encore détecter quand la brune se préparait à lui dire quelque chose. Soudain, elle écarta les bras de devant son ventre, et tous les éléments s'emboîtèrent dans la tête de Liam. Alaska. Enceinte. Elle ne lui avait même jamais dit le nom de son copain, fiancé, ou quel qu'il soit. Ecarquillant les yeux, il ne put s'empêcher de tendre la main et de toucher son ventre rond du bout de l'index, comme pour vérifier que cette grossesse était réelle.

    LIAM - Ca fait combien de temps ?


    Il l'entraîna dans la cuisine, débarrassant au passage les objets qui traînaient sur la petite table, songeant à tout ce que la grossesse d'Alaska impliquait comme changements dans sa vie. Pendant ce temps, Alaska restait scotchée devant une photo placardée sur le frigo, comme hypnotisée, avant de demander à Liam si il s'agissait bien de Vanille. Celui ci resta interloqué.

    LIAM - Euh, oui, c'est elle mais... Vous vous connaissez d'où ?


    Il en oublia presque le ventre proéminent de son amie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

« Invité »
IDENTITY CARD




MessageSujet: Re: Trop longtemps loin l'un de l'autre. || {Liam   Jeu 14 Juil - 14:50


Liam & Alaska ♥

    Je n'aimais pas débarquer chez les gens comme ça, sans avoir prévenu au préalable, quand cela est possible évidemment. Je ne doutais pas un seul instant que Liam allait me dire de dégager de chez lui, en me bottant les fesses, mais j'avoue avoir un peu peur de sa réaction quant à cette grossesse, qu'il verrait forcément. Déjà, il saurait que quelque chose cloche et que je dois lui parler. Je ne sais pas comment il arrivait à savoir ce genre de truc, mais voilà. Je soupirais et toquais chez lui, mes bras croisés, cachant mon ventre. Il ouvrit la porte et j'étais coincée devant lui. Je demandais à rentrer et il accepta, se poussant pour me laisser passer. Le jeune homme me proposa à manger, mais je refusais. Je venais de m'enfiler un paquet de gâteau et en plus, j'avais pris un repas avant de venir chez lui. Je souris, légèrement.

    Alaska Ouais, j'ai grignoté un paquet de gâteau en venant. C'est gentil, mais j'ai déjà mangé et tout. Enfin, j'prendrais peut-être quelque chose, j'en sais rien en fait.

    Je commençais à me dandiner d'un pied sur l'autre, sans savoir comment décoincer le truc. Je soupirais et choisis la solution la plus simple. Je décroisais les bras, montrant l'arrondi que provoquait les bébés sur mon ventre. Je laissais mes yeux sur le sol, presque honteuse de ça. J'assumais ces enfants, mais pas la grossesse. C'était étrange, oui. Malgré tous les problèmes que j'allais rencontrer dans les mois à venir, puis dans les années à venir, probablement, j'étais prête à les élever tous les deux, mais pas à voir mon corps changer, ni à les mettre au monde. Liam ne bougeait toujours pas, et j'essayais d'imaginer le « choc » que cela pouvait être pour lui. La dernière fois qu'il m'a vu, j'étais fine et sans formes. Et là, je me pointais chez lui avec un ventre qui commençait à s'arrondir et des formes plus dessinés également. Je relevais les yeux en l'entendant venir moi et sursautais quand ses doigts frôlèrent mon estomac. Un léger sourire étira mes lèvres et je plantais mes yeux dans les siens pour lui répondre. La surprise allait sûrement le mettre doublement sur le cul.

    Alaska Trois mois … je sais que j'ai pas du tout le ventre d'une femme enceinte de trois mois, plutôt de cinq d'ailleurs, mais … j'attends des jumeaux et voilà. C'est mon … ex-copain qui m'a mise enceinte. J'crois que j't'en avais déjà parlé, mais t'as jamais su son prénom ou un truc dans ce genre là, non ? Enfin, c'est lui le père.

    Je tordis mes mains dans tout les sens, sans savoir quoi dire. Le problème était que je n'avais pas vu Liam depuis une éternité et j'étais incapable de dire ou de faire quelque chose d'intelligent. La preuve. J'avais en quelque sorte sous-entendu que le père m'avait plaqué après m'avoir mise enceinte. C'était le cas, totalement. Sauf qu'il ignorait absolument tout de cette grossesse. J'avais tenté de le prévenir, par tous les moyens qui existent, mais jamais je n'avais eu de réponse. J'avais finalement abandonné, décrétant que quand Thomas reviendrait en ville, je le préviendrais de sa paternité et on avisera à ce moment-là, mais je voulais qu'il soit dans la vie de nos enfants. Il m'entraîna dans la cuisine et mon regard se balada autour de moi, pendant qu'il enlevait des objets et les posais je ne sais trop où. Il y avait quelques photos sur le frigo, et curieuse, je m'approchais. Il me sembla reconnaître Vanille sur l'une d'elle et, le cliché dans les mains, je pivotais vers Liam, lui demandant si c'était elle. Il acquisca, me demandant d'où nous nous connaissions. Un léger sourire étira mes lèvres et je contemplais la photo quelques secondes, avant de lui répondre. Je ne sais pas de quand datait le cliché, mais elle n'avait pas énormément changé entre avant et cette photo. Je relevais le visage vers Liam, des larmes au bord des yeux.

    Alaska On était amie quand on était gamine, à Londres. On c'est connue à l'école d'ailleurs, j'crois. Elle était ma seule amie là-bas, avec mon voisin, et quand tout a commencé à partir en vrille après Adam et Maria, j'ai perdu contact avec elle. Elle vit ici ? 'fin j'veux dire, elle est en ville ?

    Une larme m'échappa et dévala ma joue. Aussitôt, je détournais le regard et passai une main sur ma jour, enlevant la trace de la petite perle d'eau salée. Je secouais la tête pour reprendre mes esprits et remis la photo en place avant de tourner mon regard brillant vers Liam, debout dans la cuisine. Un léger sourire flottait sur mes lèvres. Si elle était réellement là … Je ne sais pas trop comment on allait réagir après toutes ces années de silence complet, mais elle resterait toujours ma Vanille, en quelque sorte. On avait définitivement rompue le fil et perdu tout contact quand Adam et Maria étaient morts et que j'étais partie vivre dans la rue. Je ne voulais pas qu'elle me voit dans cet état, qu'elle voit que je n'avais plus rien à cette époque, alors j'avais disparu. Je passais mes doigts dans mes cheveux et retirais l'élastique, les laissant tomber sur mes épaules. Je m'avançais vers la table et tirais une chaise, pour m'assoir. Je lâchais un soupir et étendis mes jambes devant moi. Ma tête bascula en arrière quelques secondes et je me redressais, sourcils froncés.

    Alaska Mais … Pourquoi tu as une photo de Vanille dans ta cuisine ?

    C'est vrai ça. Peut-être qu'elle vivait ici. Ou alors, Liam et elle étaient ensembles. Non, il me l'aurait dit quand même. Enfin je l'espérais. Après tout, il ne connaissait pas le prénom du père des bébés, et du seul homme qui était rentré dans ma vie, jusqu'à aujourd'hui, donc ça ne m'aurait pas étonné qu'il ne me dise pas qu'il avait enfin trouvé chaussure à son pied. Quoi qu'à bien y réfléchir, lui et Vanille iraient bien ensemble. Un léger sourire étira mes lèvres et je relevais mes yeux sur lui pour le fixer, attendant une réponse. Maintenant, si Vanille vivait réellement en ville, je n'avais plus qu'à espérer qu'elle veuille bien me revoir après toutes ces années de silence et ça, ce n'était pas gagné. Pas du tout même.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
« Liam Bailey »
IDENTITY CARD

Masculin
→ NOMS COMPLETS : Liam Bailey
→ SITUATION : En couple
→ PAPIERS : 392
→ BOULOT : Etudiant en chimie
→ J'AIME : Vanille.



MessageSujet: Re: Trop longtemps loin l'un de l'autre. || {Liam   Ven 15 Juil - 5:53


    Elle avait mangé, en fait oui, donc elle voulait rien, mais peut être que si, on sait jamais. Liam étouffa un ricanement. Alaska était toujours fidèle à elle-même apparemment. Enfin, il ne pouvait pas tellement lui en vouloir, il avait bien assez entendu parler des femmes enceintes qui réclamaient à grands cris des myrtilles du Liban à leur mari à trois heures du matin. Le blond espérait juste que si une crise du genre devait arriver tandis qu'elle était chez lui, cela se limiterait à des aliments qu'il avait sous la main. Des pommes, du beurre de cacahuètes, ou une omelette aux poivrons pas encore cuite. Transcendant.
    Il s'efforçait de ne pas détailler Alaska de haut en bas, évitant au maximum de s'attarder sur son ventre rond, tandis qu'elle lui annonçait que son ventre énorme ne datait que de trois mois. Il fronça les sourcils. D'accord, il ne savait pas à quel âge on commence à introduire de la viande dans l'alimentation d'un bébé, et il était incapable de reconnaître une boîte de lait en poudre, mais quand même. Elle était loin d'avoir l'air enceinte de trois petits mois, c'est limite si elle ne paraissait pas prête à accoucher. Ca promettait pour les six mois suivants. Elle finirait surement clouée au lit de force par son médecin. Enfin, maintenant qu'elle était de retour, il pourrait peut être lui changer un peu les idées si ça venait à arriver. Ah, des jumeaux, encore mieux. Comment ça son « ex-copain » ?! Il s'était quand même pas tiré après l'avoir mise enceinte ?

    LIAM – Woh, c'est... inattendu. Tu arrives à gérer ? Ouais tu m'as jamais donné trop de détails mais c'est pas grave. Il est au courant ? C'est pour ça qu'il est parti ?

    Tous les deux avaient largement dépassé le stade « Si c'est pas indiscret » de leur relation. Le blond fronça les sourcils. Il avait l'impression d'avoir laissé tomber Alaska, jusqu'à ignorer qu'elle était tombée enceinte. Et pas récemment hein, non ça datait quand même de trois mois, c'était assez parlant comme truc. Il se tordit les doigts, quelque peu mal à l'aise, attendant de plus amples explications. Pendant qu'elle explorait la cuisine du regard, il versa son omelette dans une poêle pour la faire cuire, histoire d'avoir autre chose à manger qu'un mélange jaune et rouge visqueux et dégoutant. Miam. L'odeur commençait à emplir la cuisine, et il ferma la porte de la pièce avant que tout l'appartement ne soit incrusté de l'odeur, certes agréable, mais persistante, de la cuisson. Se réveiller avec une odeur d'omelette dans les draps alors qu'on a juste envie d'un café, de tartines et d'un fruit, ou de quoi que ce soit de sucré, moyen. Plutôt enclin à donner envie de vomir. Il attrapa la deuxième chaise et s'assit près de son amie, qui à cet instant précis choisit de se lever pour s'approcher de quelque chose sur le frigo. Quoi, elle reconnaissait un magnet collector d'une boîte de yaourt ? Elle éclaira alors le blond en saisissant la photo de sa colocataire.

Spoiler:
 

    Liam avait pris cette photo juste avant leur départ pour l'inauguration d'une galerie d'art dans le centre de Puerto Madero, sur le thème du carnaval, et la blonde avait insisté pour emmener son masque vénitien. Et contre toutes attentes, ils s'étaient tous les deux bien amusés à cette soirée, et l'amie artiste de Vanille s'était révélée très sympathique. Liam avait accroché cette photo sur le devant du frigo lors du départ de sa petite amie pour l'Angleterre.
    Alaska paraissait très perturbée par la découverte du cliché de Vanille, pour une raison que celui-ci ne pouvait pas expliquer. C'est vrai que la brune était déjà venue à l'appart sans jamais croiser sa colocataire, mais il ne comprenait pas pourquoi la découvrir la bouleversait autant. Jusqu'à ce qu'elle explique qu'elle et Vanille était deux amies d'enfances. Ce qui expliquait parfaitement sa réaction. Elles devaient être vraiment, vraiment proches, pour qu'Alaska soit au bord des larmes comme elle l'était à cet instant. Elle demanda alors plus de détails sur la situation, et il s'expliqua avec un sourire.

    LIAM – Oui elle est en ville, et oui, elle vit ici.

    Pourquoi il avait une photo de Van' sur son frigo. Il aurait dû s'y attendre celle-là, mais ne put s'empêcher d'éclater de rire avant de passer la main dans ses cheveux blonds, gêné. C'est vrai que ça aurait été bizarre d'avoir une photo d'elle si elle ne vivait pas là ou bien si ils n'avaient pas été ensemble. Genre pervers suiveur avec des troubles psychologiques, qui voue un culte à une jolie fille rencontrée dans la rue, avec un autel et une pièce couverte de photos d'elle. Sauf que non.

    LIAM – On vit ensemble depuis quelques mois, quand on s'est rencontrés je cherchais un appart', elle cherchait un colocataire... Le scénario normal, tu vois.

    Sentant le rouge lui monter aux joues, il se leva de sa chaise, et se retourna pour terminer de faire cuire son omelette, et en profiter pour lui annoncer leur relation. Pas qu'il avait honte de leur couple, mais plutôt de ne pas l'avoir annoncé à son amie. Il n'était pas le genre à dire ce genre de choses par texto, et ils ne s'étaient pas vus depuis plusieurs mois, comme le témoignait le ventre indiscret d'Alaska.

    LIAM – Et puis on est ensemble depuis peu. On a du temps et des choses à rattraper, toi et moi, je crois.

    Il détourna la tête quelques instants de sa poêle pour adresser une sourire à la brune assise sur une chaise. La grossesse, le couple... Ils faisaient tous les deux un grand pas dans un monde un peu trop grand pour eux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

« Invité »
IDENTITY CARD




MessageSujet: Re: Trop longtemps loin l'un de l'autre. || {Liam   Sam 16 Juil - 12:21


Liam & Alaska ♥

    Grossesse ou non, je ne changeais pas. Je grignotais toujours entre les repas, même si c'est mauvais pour la santé. Sauf que depuis trois mois, je mangeais pour trois. Je n'en étais pas encore au stade à réclamer quelque chose d'absolument dégoûtant à manger, en pleine nuit, de toute manière j'étais seule à l'appartement et même si je me relevais quelques fois pour manger, ça restait assez rare. En écartant mes bras, il découvrit mon ventre et cela sembla le surprendre. Je ne l'en blâmais pas puisqu'on ne c'était pas vu depuis au moins trois mois. Je lui expliquais rapidement où j'en étais et que j'attendais deux jumeaux. Vrais ou faux, on s'en foutait royalement pour le moment. Je m'étais très mal exprimée et j'avais laissé sous-entendre que Thomas avait apprit la grossesse et qu'il c'était barré, mais en fait non. Je l'avais simplement fait fuit, l'effrayant plus qu'autre chose avec mes tentatives de suicides. Heureusement pour moi, j'avais échappé à l'hôpital psychiatrique. Je relevais les yeux vers lui, plongeant mes yeux dans les siens, l'écoutant me répondre. Je secouais la tête de gauche à droite, ayant complètement décroché à un moment donné. Je tentais de me rappeler de ce qu'il venait de me dire, à savoir si Thomas était au courant et s'il m'avait laissé à cause de ça. Je lui fis les gros yeux pour lui montrer qu'il avait tord. Ok, les bébés n'étaient pas prévus du tout pour le moment, mais il ne m'aurait pas laissé pour si peu quand même ? Enfin, j'espère.

    Alaska Hein ? Non, non, non. Il est partit parce que j'ai un peu trop déconner et il ne sait même pas que je suis enceinte, en fait. Thomas a carrément quitté la ville et j'ai eu beau essayer de l'appeler, il ne me répond jamais, donc j'ai laissé tomber. Quand il reviendra, je lui dirais. Pour le moment, je gère un peu comme je peux.

    Je grimaçais légèrement. Cette situation, je la détestais. J'aurais donné n'importe quoi pour remonter le temps et ne pas tenter de me suicider pour la deuxième fois. Je donnerais tout pour qu'on se protège cette fois-là. Je donnerais n'importe quoi pour qu'il soit encore là. Même si les bébés étaient prévus par le destin, même s'ils devaient débarquer maintenant alors que j'étais en train de reprendre un train de vie normale et que j'arrêtais de me noyer, j'aurais aimée que Thomas soit là. Pas que l'on soit forcément ensemble, mais qu'il m'épaule dans cette grossesse, qu'il me dise que tout ira bien. Je soupirais et passe une main dans mes cheveux, avant que Liam ne m'entraîne dans la cuisine. Mon regard bloque sur la photo d'une blonde, que je reconnais. Même si elle était brune à l'époque, son visage n'a presque pas changé. La jeune femme de la photo a seulement perdu les rondeurs de l'adolescence. Je décroche la photo et demande au jeune blond s'il s'agit de Vanille. Il m'interroge, me demandant si je la connais et je lui explique rapidement que nous étions amies à Londres. Quand il me dit qu'elle était en ville et qu'elle vivait même ici, une larme roule sur ma joue et un immense étend mes lèvres. Pendant des années, depuis mes seize ans en fait, je n'ai eu aucunes nouvelles d'elle. J'avais volontairement coupé tous les ponts avec les gens que je connaissais avant d'aller dans la rue. Quand je lui demande pourquoi il a une photo de Van sur son frigo, il rigole. Liam répond à mes questions et il s'arrête après m'avoir expliqué comment il l'a rencontré. Je le regarde se retourner vers son omelette en rougissant. Qu'est-ce qu'il peut bien me cacher comme ça ?

    Alaska Oh toi, tu as des choses à cacher ! Pourquoi tu rougis comme ça ? Tu ne la séquestres pas dans ta cave, au moins ?

    Je rigole en espérant sincèrement qu'il ne la séquestre pas vraiment. J'arrête finalement mon rire et le regarde, en train de faire cuire son omelette. Il a toujours les joues rouges et je n'arrive pas à m'empêcher de penser qu'il la retient vraiment prisonnière. Pourtant, je connais Liam et il ne ferait pas ça. Enfin j'espère. Je passe une main dans mes cheveux. Cette grossesse n'est peut-être pas si bien finalement, puisqu'elle me fait penser à n'importe quoi. Un léger soupir franchit mes lèvres. Le jeune blond lâche enfin la « bombe » et il m'apprend qu'ils sont ensemble depuis peu. Ah. Il ajoute qu'on a des choses à se dire et je hoche la tête, en me relevant lentement. Je m'approche doucement de lui et le détourne de sa poêle pour le prendre dans mes bras. Moi qui n'a jamais été très tactile. Je grommèle contre mon ventre qui prend un peu trop de place. Je me recule doucement et m'appuie contre le meuble derrière moi, croisant mes bras sous ma poitrine. Je souris très légèrement, sincèrement heureuse pour eux deux.

    Alaska Wow. Si je m'attendais à ça … Et bien, félicitations. Mais … c'était pas de cette Vanille là dont tu m'avais parlé une fois ?

    Mes sourcils se froncent et l'odeur de la nourriture attire immédiatement mon regard sur le contenu de la poêle. Je pourrais presque gémir de frustration. J'ai faim, mais je viens de manger il y a quoi ? Une heure ? Je soupire et détourne mon regard de ce qui m'attire le plus, pour reporter mon attention sur mes doigts, que je me mets à me triturer. Tout est tellement différent de la dernière que je suis venue voir Liam. Il est toujours là, toujours égale à lui-même, enfin je pense. Pourtant nos vies ont changé et on a avancé tous les deux. Lui est avec Vanille et moi, et bien je me retrouve enceinte de Thomas, partit je ne sais trop où. Mes pupilles venaient de se reposer sur l'omelette qui continuait de cuire et qui ainsi, continuait de me mettre l'eau à la bouche.

    Alaska J'crois ouais. Tu commences ou je commence ?

    Je levais les yeux vers lui, m'arrachant à la contemplation de cette omelette qui me donnait foutrement envie. Je passais une main sur mon ventre, espérant sincèrement qu'il n'allait pas se mettre à gargouiller maintenant. Mes doigts glissèrent lentement sous mon ventre et je laissais ma main sous le bas de mon ventre, comme pour être un peu plus près des bébés. Ils étaient là, mais tant qu'ils ne bougeront pas, se sera un peu comme s'ils n'existaient pas encore.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
« Liam Bailey »
IDENTITY CARD

Masculin
→ NOMS COMPLETS : Liam Bailey
→ SITUATION : En couple
→ PAPIERS : 392
→ BOULOT : Etudiant en chimie
→ J'AIME : Vanille.



MessageSujet: Re: Trop longtemps loin l'un de l'autre. || {Liam   Dim 24 Juil - 1:49


    Au regard noir qu'Alaska lui adressa après qu'il ait demandé si le père l'avait abandonnée, il comprit sans qu'elle ne lui dise, qu'il avait mal saisi la situation. Elle lui expliqua alors que « Thomas » était parti après que la brune ait enchaîné les conneries, et qu'il ignorait même qu'elle était enceinte.

    LIAM - Putain, tu cumules... Thomas... Thomas comment ?

    Manquerait plus que ça soit le Thomas avait qui il avait passé l'unique garde-à-vue de sa vie, tiens. Et en y réfléchissant, ça serait même pas étonnant, puisque Liam n'avait pas de ses nouvelles depuis une éternité. Pas qu'il les ait cherchées non plus. Ils essayaient plutôt tous les deux d'avoir à revenir sur cette histoire, bien qu'elle ne soit pas exceptionnelle. Et puis de toute manière, des Thomas à Buenos Aires, il n'y en a pas qu'un. Ouais, le blond devait se faire des films. Il éclata de rire quand son amie lui demanda si il séquestrait Vanille dans la cave. Bien sûr oui. Ils n'avaient même pas de cave. Elle s'approcha de lui, et il la serra dans ses bras, posant son menton sur le haut de la tête de la brune, essayant tant bien que mal de ne pas écraser son ventre de peur de faire mal aux bébés. Ca devait pas être des plus simples à gérer au quotidien, ce bide déjà énorme qui multipliait par trois le tour de taille d'Alaska.

    LIAM - Tu m'as manqué Aly.

    Ils étaient tous les deux du genre ours solitaire dans sa tanière. Alors le fait que la brune vienne se rapprocher de lui pour le prendre dans ses bras, et qu'il lui dise qu'elle lui manquait, revenait pour eux à se sauter dessus pour une remorque de câlins, et faire un discours de trois heures sur ce même sujet. Elle s'écarta alors, dévorant du regard l'omelette qui venait de finir de cuire. Il éteignit le feu, et posa deux assiettes sur la table, avant d'en servir à Aly puis de s'en prendre une part. Il s'assit en face d'elle, et prit quelques bouchées tout en continuant la conversation. Quand même, Aly enceinte, c'était... étrange. Vu son passé et tout ça.

    LIAM - Allez, je me dévoue, ca sera le plus court. Donc euh, bin, je suis avec Vanille. Ca fait quelques mois que j'habite là. Mais en fait, t'es déjà venue, comment ça se fait que vous vous soyiez jamais croisées ? Bref. Ma vie a pas vraiment changé hormis ça, je vais toujours à la fac. Il faudrait que je trouve un boulot, parce que je galère à payer le loyer, même divisé par deux, les allocs c'est pas d'une grande aide. Je lui en ai pas parlé, parce qu'elle serait capable de payer à ma place et ça craindrait. Sinon... J'imagine que ce qui t'intéresse, c'est de savoir ce que Van est devenue. J'peux te faire un résumé d'après ce que je sais. Je sais pas trop où tu t'es arrêtée, vous vous êtes perdues de vues quand ? Tu dois connaître la partie où sa mère s'est tirée et tout ça. J'ai pas vraiment de détails sur cette période là, tu lui demanderas. Au lycée elle a monté un groupe avec ses amis. Et Elliot, tu l'as connu ? Son meilleur ami. Elle est sortie avec aussi. Ils ont eu un accident de voiture, il s'est jamais réveillé... Elle est venue ici l'an dernier pour recommencer à zéro. Voilà. C'est à peu près ce que j'ai réussi à reconstituer de sa vie d'avant. Pas très glorieux ouais, comme confident.

    D'un côté, Vanille ne lui avait jamais non plus clairement dit qu'elle refusait de lui parler de quoi que ce soit. C'est lui qui estimait qu'enfoncer le clou n'aurait rien de bénéfique, et vu la vie de merde que s'était traînée Vanille, il pouvait bien passer outre. En y repensant, même si lui n'avait pas eu de structure familiale très stable, on ne pouvait pas dire qu'il ait été vraiment malheureux. Certes, il s'était senti perdu à l'école, quand les autres enfants lui faisaient des réflexions du style « Machin c'est pas ta mère ! », mais celle qui raflait la palme d'or des emmerdes à la pelle, c'était bien Alaska, sans aucun doute. Il se servit une nouvelle part d'omelette, et en proposa de nouveau à la brune qui avait fini sa part depuis un moment.

    LIAM - Et là, elle est en Angleterre, pour le Pacs de son frère. Il a quitté Londres ya genre trois ans, et elle l'avait pas revu depuis. Voilà. A toi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

« Invité »
IDENTITY CARD




MessageSujet: Re: Trop longtemps loin l'un de l'autre. || {Liam   Mar 26 Juil - 4:47


Liam & Alaska ♥

    Je haussais les épaules, indifférente. J'avais appris à ne plus faire attention. Je vivais maintenant, du moins j'essayais et puis, advienne que pourra. Je cumulais toujours, mais quand même bien moins qu'avant. Quand je repense à tout ce qui c'est passé à Londres, des frissons parcourent mon dos. Là, j'avais fais qu'autre cumuler. Je fronçais les sourcils et relevais mon visage vers Liam quand il me demanda le nom de Thomas. Se pouvait-il qu'il le connaisse ? Même un petit peu ?

    Alaska Comme depuis le début … Thomas Hessfield, pourquoi ? Tu le connais ?

    Je regardais Liam avec l'espoir fou qu'il sache de qui je parlais. Peut-être que s'il l'avait déjà vu, il pourrait me dire au moins où il était. Au moins ça. Je croisais les doigts, espérant sincèrement qu'il le connaisse. Ce n'était peut-être pas lui, je me faisais sûrement encore des films. Des Thomas, ça courait les rues. Ça ne pouvait pas être le même. Mon rire joignit le sien à l'absurdité de ma question. Je crois que si Liam séquestrait quelqu'un, je n'aurais plus qu'à dire que j'étais une fille vierge. Je me relevais et m'avançais vers lui, lentement. Il dût comprendre mon attention, car il se retourna et je me blottis dans ses bras. Je passais mes mains autour de sa taille, grognant légèrement quand je ne sentis pas mon ventre toucher le sien. Je sentis son menton se poser ma tête et je m'avançais un peu plus dans son étreinte. Les bébés ne craignaient rien.

    Alaska Tu sais … j'suis pas aussi grosse que j'en ai l'air et les bébés sont bien à l'abri là-dedans. Puis, tu m'as manqué aussi, Liam ...

    Je resserrais ma prise sur lui. D'accord, j'avais pris pas mal de ventre, mais je n'étais pas non plus si énorme que ça. C'est vrai que si on compare avec mon physique d'avant, j'avais grossi. Mais j'étais à la limite du squelette ambulant avant cette grossesse, donc un peu de ventre et évidemment ça grossit. Il n'allait pas les blesser s'il me serrait un petit plus près de lui. En tout cas, ils ne risqueraient pas de mourir étouffé, vu qu'ils étaient sous ma peau et puis, ils devaient être bien protégé du monde extérieur. Je logeais mon nez dans son torse, alors que mes bras resserrait encore sa taille. Il était tellement rare quand on se prenait dans les bras tous les deux, que cette accolade relevait presque de l'exploit et puis, elle valait tous les câlins du monde. Je finis par me reculer et mes yeux dérivèrent tout de suite vers la nourriture. Je me mordis la lèvre presque jusqu'au sang et mon ventre gargouilla doucement. Je laissais un petit rire franchir mes lèvres, pendant qu'il sortait deux assiettes et me servais. Je le remerciais du regard et repris ma place, prête à manger. Je lui demandais qui commençait à raconter son histoire depuis la dernière fois et il se lança. Je l'écoutais attentivement, jouant avec ma fourchette. Quand il me demanda depuis quand je la connaissais, je lui donnais mon âge et celui de Vanille. Tout ça datait de la maternelle, quand même. Je hochais la tête quand il me demanda si je connaissais Elliot. J'en avais vaguement entendu parler par Vanille, mais je n'avais jamais su le fin mot de l'histoire. Je fus surprise quand il m'apprit sa mort. Ça me laissait assez sur le cul et je comprenais pourquoi mon amie d'enfance avait voulu fuir Londres. Je n'avais même pas remarqué que j'avais déjà avalé toute ma part, quand Liam m'en proposa à nouveau. Je hochais la tête rapidement et souris en apprenant pour son frère. J'avais dû le voir une ou deux fois, mais bon. Je recommençais à jouer avec mes couverts tout en ouvrant la bouche.

    Alaska J'verrais avec Vanille pour la suite et le fin mot depuis que j'ai laissé à Londres. Tu sais quand elle revient ? Comme ça, j'passerais genre deux trois jours après son retour et j'essayerais de la voir. Enfin à moi, maintenant. Tu te souviens, je t'avais dis que j'avais pas de famille et que je savais pas où ils vivaient ? Et bien figure-toi qu'il y a quelques mois, j'ai reçu un coup de fil d'une femme qui disait être ma mère … Quand tu reçois un coup d'fil d'une femme, qui prétend être ta mère alors que tu ne la connais, ça fait bizarre. Enfin, elle m'a dit que ma soeur cadette voulait me voir, et j'y suis allée. C'est ma copie conforme quand j'avais quinze ans. Ok, certes choses changent de elle à moi, mais on se ressemble. Enfin bref. Annà m'a retrouvé et j'essaie de leur pardonner, mais j'y arrive pas. Le mac a été arrêté à Londres et … il est en prison. Après y a pas grand chose de plus à raconter … J'ai rencontré mes parents après ma première tentative de … de … de suicide. Ça nous a rapproché physiquement avec Thomas et quand j'ai recommencé mes conneries, il m'a laissé. Quelques semaines après, j'apprenais ma grossesse. J'ai perdu mon job d'étudiante parce que la tour Oxburry c'est cassé la gueule et la directrice a pas réussit à la remonter, mais je cherche autre chose et si elle a un job à me proposer, je verrais. J'ai appris que j'attendais des jumeaux en me cassant la gueule dans les escaliers à six semaines de grossesse. Enfin d'après ma gynéco, y aura aucunes séquelles donc ça devrait aller … Après y a plus grand chose à dire … En fait, t'as raison, j'arrête pas de cumuler. Quant à savoir pourquoi je n'ai jamais croisé Vanille ici, j'pense que c'est parce que j'ai la poisse et que quand je venais, elle était pas là.

    J'attrapais ma fourchette et coupais un bout de mon omelette, avant de le porter à ma bouche. Sauf que l'ustensile n'eut pas le temps d'atteindre mes lèvres que l'odeur me retourna l'estomac. Je lâchais ma fourchette et me relevais d'un seul coup, laissant ma chaise tomber au sol. Je plaquais une main sur ma bouche et sortis en vitesse de la cuisine. Je cavalais dans le couloir et ouvris la porte de la salle de bain, avant d'aller vomir l'intégralité de mon estomac dans les toilettes. Tremblante et en sueur, je me laissais tomber sur le carrelage de la salle de bain. Je passais une main sur mon front et enlevais les quelques gouttes de sueur qui perlaient. Je tentais de reprendre mon souffle, tout en cherchant la froideur du sol sous mes fesses. Moi qui pensait que mes nausées étaient partis, apparemment certaine odeur me retournait toujours le ventre. Je me relevais doucement, ma tête tournant légèrement. Je m'avançais vers le lavabo et allumais l'eau pour me rincer le visage et la bouche. L'eau froide me fit du bien et j'apaisais le feu dans ma gorge. Je me séchais le visage et les mains et retournais dans la cuisine, regardant mon assiette avec envie. Je repris ma place et passais mes mains dans mes cheveux, en soupirant. Je regardais l'omelette. J'en avais franchement envie, mais je n'osais pas retenter l'expérience et repartir vider mon estomac. Je soupirais et regardais Liam.

    Alaska Désolée … Le pire c'est que ça me donne vraiment envie, mais j'sais pas … les bébés doivent pas en vouloir. Tu aurais de la glace ? À manger, la glace évidemment.

    J'avais envie de reprendre de cette omelette, que ça leur plaise ou non. Bon je n'allais peut-être pas manger seulement de la glace, du moins si Liam en avait dans son congélateur, mais peut-être qu'avec ça, l'omelette passera mieux. Je laissais tomber ma tête dans ma paume et inconsciemment mes doigts glissèrent sur mon ventre, le caressant. Cette situation était étrange. J'aurais tellement aimé avoir Van face à moi, lui parler comme avant. Pourtant, je sentais comme un gouffre entre nous deux. Comme Liam venait de me le dire, elle avait continué sa vie et j'avais manqué tellement de chose. Je m'en voulais de ne jamais avoir sut pour Elliot. Même si je n'avais pas pus le ramener, j'aurais pus être là pour elle. Surtout que ça ne datait de pas longtemps, à ce que j'ai compris et j'étais déjà à Buenos Aires.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
« Liam Bailey »
IDENTITY CARD

Masculin
→ NOMS COMPLETS : Liam Bailey
→ SITUATION : En couple
→ PAPIERS : 392
→ BOULOT : Etudiant en chimie
→ J'AIME : Vanille.



MessageSujet: Re: Trop longtemps loin l'un de l'autre. || {Liam   Ven 5 Aoû - 2:12



    Thomas. Si il s'attendait à ça.

    LIAM - Oh putain, Thomas. C'est lui le père ? Je savais même pas que tu le connaissais...

    Baissant les yeux, le blond surprit le regard plein d'espoir d'Alaska, et s'en voulut aussitôt d'en avoir parlé. Elle allait forcément vouloir tout savoir, avoir les détails sur le père de ses enfants, qui avait d'après ses dires disparu de la circulation depuis quelques temps. Liam soupira. Thomas et lui s'étaient mis d'accord après la soirée en question pour n'en parler à personne, plus pour leur réputation qu'autre chose. Pas qu'il n'assumait pas ses conneries, mais racontez à quelqu'un que vous avez passé la nuit au poste après avoir insulté un agent de police en état d'ébriété, et la personne en question aura inévitablement un regard méfiant et presque dégoûté sur vous. Mais après tout, pour mettre Alaska enceinte, Thomas avait du gagner sa confiance, et il en conclut qu'il pouvait lui raconter ça, même si ça n'allait probablement pas améliorer les relations déjà mouvementées de son amie et de l'autre homme.

    LIAM - On est pas vraiment amis, ni quoi que ce soit. On s'est rencontrés à une soirée ya un bon moment, on a trop bus, on a passé la nuit ensemble à décuver au commissariat et à se raconter nos vies, parce qu'en partant de la fête on s'est mis à insulter un flic qui nous prenait la tête.

    Surprenant un sourire au coin des lèvres d'Alaska, il ajouta :

    LIAM - Et c'est pas la peine de rire. Tu sais à quel point je tiens remarquablement bien l'alcool.

    L'espoir fait vivre hein. Au moins il savait à quoi s'attendre, sur les rares cuites qu'il avait prises dans sa vie, il avait réussi à finir en prison alors que certains font ça tous les week-ends, sans jamais croiser un policier muni d'un alcootest de toute leur vie. Comme pour tout le reste, il cumulait les poisses alors que tout le monde les évitait sans problème. Il anticipa ensuite la question qui titillait Alaska depuis qu'il avait commencé à lui raconter l'histoire.

    LIAM - Donc voilà, on s'est revus une ou deux fois après, mais... Non, je sais pas où il est, ni où il aurait pu aller. Désolé.

    Elle finit par mettre un terme à leur étreinte, elle mourait d'envie d'aller manger, comme l'indiquait son ventre qui grondait. Ils s'assirent à table, et dévorèrent les parts d'omelette qui passèrent de leur assiette à leur estomac en moins de temps qu'il ne faut pour le dire. Remarque, pas étonnant, il était presque deux heures de l'après midi. Il entama ensuite son discours sur ce qui s'était passé de plus ou moins récent, dans sa vie et celle de Vanille, suivi par Alaska qui enchaîna avec son histoire à elle. Avant ça, elle lui demanda si il savait quand la blonde rentrait d'Angleterre. Il lui répondit qu'il n'en avait aucune idée, mais qu'il pourrait sans problème lui téléphoner à son retour. Vanille serait heureuse de la revoir, certainement. Elle ne lui avait jamais parlé de la brune, mais elles avaient l'air d'entretenir une relation positive, et peut être que cela lui permettrait de se réconcilier avec son passé houleux. Ou au moins d'aller un peu mieux. Il l'entendait pleurer parfois, le soir, mais qu'est ce qu'il pouvait faire ? Non, Vanille n'allait pas oublier la mort d'Elliot, ni tourner la page. Elle avait juste encore du mal à vivre avec. Le blond écarquilla les yeux quand son amie lui annonça qu'une partie de sa famille avait débarqué dans sa vie. Le genre de truc qui n'arrive que dans les séries américaines. Quelle était la probabilité que ses parents la retrouvent à Buenos Aires, franchement ? Et même une petite soeur... Il se demanda mentalement ce qui avait pu pousser les parents à abandonner Aly mais garder la deuxième quatre ans plus tard, mais n'osa pas poser la question directement. Elle enchaîna sur le fait que son ancien mac avait été mis en prison, enfin. Liam poussa un soupir de soulagement, conscient de l'effet que cette nouvelle avait du avoir sur la brune. Le départ de Thomas. La perte de son emploi. Et enfin, les jumeaux. Le moins qu'on puisse dire, c'est que la vie de la jeune Stones n'était pas sans péripéties.

    Avant qu'il n'ait eu le temps d'ajouter quoi que ce soit, elle se leva précipitamment pour courir hors de la pièce. Il la suivit du regard alors qu'elle laissait tomber sa fourchette et bousculait sa chaise. Fronçant les sourcils, il comprit alors qu'elle allait à la salle de bains pour soulager sa nausée. Vive la grossesse. Et encore, heureusement qu'elle connaissait la disposition de l'appartement, sinon ça aurait surement fini dans le lavabo ou dans un autre endroit pas très approprié. Liam se leva, fit le tour de la table, et remit la chaise dans sa position initiale, puis retourna s'asseoir en attendant le retour imminent d'Alaska.
    A son retour, elle jeta un regard envieux vers l'omelette, mais se décida plutôt à demander raisonnablement de la glace. Il se leva de nouveau et se dirigea vers le réfrigérateur, en ouvrit le compartiment supérieur, et fit oralement l'inventaire des bacs de glace qui se trouvaient à l'intérieur.

    LIAM - Pomme, chocolat, fraise, vanille, vanille noix de pécan, ou... C'est quoi ça déjà ?

    Il attrapa le pot de glace Ben & Jerry's, rescapé des soirées où la blonde s'enfilait des glaces sans prendre un gramme, ce qui aurait fait râler la plupart des gens, et détailla le nom du parfum inscrit sur l'emballage.

    LIAM - Chocolate Macadamia ? J'ai strictement aucune idée du goût que ça a. Mais tu peux le prendre si c'est ça que tu veux.

    Attendant la réponse de son amie, il s'assit sur le coin de la table et lui adressa un petit sourire. C'est dingue ce qu'elle lui avait manqué. On dit qu'on se rend compte de la valeur des gens quand on les perd ? Pour eux c'était plutôt se rendre compte de leur valeur après s'être perdus de vue quelques temps. Mais rien n'est irrattrapable. Alors, Liam détailla le visage fatigué d'Aly avant de lui proposer :

    LIAM - Tu sais... Si tu veux, tu peux rester dormir quelques jours. C'est pas trop la fête quand je suis tout seul ici, puis ça te changera les idées, tout ça. Enfin si t'es pas d'accord c'est pas grave hein.

    Il haussa les épaules, avant de se rappeler de la question à laquelle il avait pensé quelques minutes auparavant, qu'il s'apprêtait à lui poser avant qu'elle ne parte vomir. Il lui adressa un grand sourire.

    LIAM - Je me demandais. Tu sais comment ils vont s'appeler ?


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

« Invité »
IDENTITY CARD




MessageSujet: Re: Trop longtemps loin l'un de l'autre. || {Liam   Ven 5 Aoû - 10:15


Liam & Alaska ♥

    Je hochais la tête de haut en bas à sa question. Oui, c'était Thomas le père. Il n'y avait eut que lui et je pense qu'il n'y aurait que lui à présent. De toute manière, j'avais peur des autres hommes, sauf ceux qui étaient proche de moi. Liam, Miles. Le jeune homme blond semblait le connaître et j'espérais qu'il puisse me dire où il était et comment il allait. Si seulement il savait où il avait put partir. Je fronçais les sourcils. Pourquoi est-ce qu'il semblait le connaître ? J'allais lui demander comment ils c'étaient connus, quand il me coupa l'herbe sous le pied et m'expliqua brièvement sa rencontre avec mon ex petit-ami. Je pinças mes lèvres et tentais de retenir mon sourire, mais il étirait le coin de mes lèvres. Ce qui n'échappa pas au jeune blond face à moi, qui me le fit remarquer.

    Alaska J'oserais pas me foutre de toi, enfin Liam ! Ça serait mal me connaître, quand même. Et puis, tu tiens vraiment pas l'alcool, désolée. Même moi je le tiens mieux que toi !

    Je posais une main sur ma bouche et ris, discrètement. Je mordis l'intérieur de ma joue, voulant empêcher le fou rire de me gagner. Sauf que j'avais énormément de mal à me contrôler. Je me libérais de son étreinte, après avoir râler et le jeune homme nous servit à manger. Je mangeais la première tranche de mon omelette avec envie, malgré qu'il ne soit que deux heures de l'après-midi et que le repas n'était pas si loin. On discuta tous les deux sur les changements de nos vies et on en vient à parler de Vanille. Je l'écoutais me parler et il en fit de même avec moi. Des fois, j'avais l'impression que ma vie était une mauvaise série américaine. Je perdais mes parents et je les retrouvais à des milliers de kilomètres de l'endroit où j'étais née. C'était énorme. Je l'entendis pousser un soupir de soulagement, j'imagine, quand je lui appris que le mac était en prison. Un sourire étira aussi mes lèvres.

    D'un seul coup je me relevais, la nausée tordant mon ventre. Je cavalais aux toilettes, et heureusement pour moi, je savais où elles étaient. Je ne voulais pas que Liam assiste à ça, c'était dégoûtant. Je reviens dans la cuisine et regardais l'omelette avec envie. Néanmoins, je demandais de la glace, que le jeune homme me servit. Il me dicta les différents parfums et, j'avais franchement envie de tous les prendre. Mais je restais polie et demandais seulement deux parfums. C'est pas mal, non ?

    Alaska Chocolate Macadamia et ... pomme ? S'il te plaît ?

    Je me relevais pour prendre un pot de glace et le reposais à côté de mon assiette. Je partis à la recherche d'une cuillère à soupe, bien décidé à m'attaquer à la crème glacée. J'ouvris le premier pot, celui du Chocolate Macadamia et grimaçais en voyant qu'il n'y en avait plus beaucoup. Je ne savais pas ce que c'était, mais le nom avait l'air appétissant et puis vu le peu de glace, je ne me trompais pas. Bon tant pis. Je ne dis rien, pensant que c'était sûrement et déposais une grosse boule dans mon assiette. Je pris le deuxième pot et en mis autant, sinon plus. J'attrapais ma fourchette et malgré que l'odeur de l'omelette m'ait dégoûté à peine quelques minutes plus tôt, je plantais ma fourchette dedans, avant de mettre de la glace dessus. Je portais le tout dans ma bouche et fermais les yeux pour savourer le goût de ma mixture. Je faillis gémir de bien-être. Liam ouvrit la bouche et je tournais la tête vers lui, l'écoutant. Je mélangeais les deux glaces avec l'omelette et portais une nouvelle fourchette de mon étrange repas à ma bouche. Je reposais mon ustensile sur le côté de mon assiette et regardais Liam, en lui souriant. Je sais que j'avais une sale gueule, que j'étais fatiguée, mas mes cauchemars revenaient lentement. Bien que ce soit vraiment sympa de sa part, je ne pense pas qu'il me supporte. Même pour quelques jours. Il aurait plutôt envie de me noyer dans les toilettes assez rapidement. Un sourire étira mes lèvres à cette pensée.

    Alaska Merci Liam, mais j'veux pas te déranger, puis j'pense pas dormir mieux ailleurs, mais si j'peux te tenir compagnie et mettre un peu d'animation là-dedans, j'veux bien. Faudra juste que tu me supportes, j'suis encore plus chiante qu'avant, j'crois bien.

    Je tentais un maigre sourire en sa direction. Mes hormones commençaient à se manifester et mes humeurs étaient en train de jouer au yo-yo. Je reprenais mon repas tranquillement en surveillant Liam du coin de l'oeil. Le jeune blond me regarda et posa enfin la question qui semblait le turlupiner. Je l'écoutais un peu plus attentivement et fronçais les sourcils à sa question. Un prénom pour les bébés ? Je n'y avais pas encore réfléchis. Je savais seulement que, si les petits avaient des parrains et des marraines, ils auraient leurs prénoms en second. Je poussais un petit soupir et regardais le jeune homme. Je reposais ma fourchette, dans mon assiette vide, avant d'ouvrir la bouche.

    Alaska Aucune idée. Je sais même pas si c'est une fille et un garçon, deux garçons ou deux filles. C'est trop tôt pour savoir les sexes, de toute manière. Mais j'aimerais en appeler un Julian parce que c'est le deuxième prénom de Thomas, et … voilà. S'il revient pas, j'voudrais que les bébés aient quelque chose de lui. Sinon, je n'en sais strictement rien.

    Je clignais des yeux, comme si cette vérité venait soudainement de me frapper. Remarque, j'avais encore le temps d'y penser et d'y réfléchir. J'avais encore six mois pour réfléchir à ça et si Thomas revenait en ville avant leurs naissances, je voulais voir ça avec lui. C'était ces enfants aussi et je voulais qu'il ait aussi son mot à dire. Je soupirais et passais une main sur mon visage. Toute cette histoire me prenait la tête et me gonflait.
Revenir en haut Aller en bas

« Contenu sponsorisé »
IDENTITY CARD




MessageSujet: Re: Trop longtemps loin l'un de l'autre. || {Liam   

Revenir en haut Aller en bas
 

Trop longtemps loin l'un de l'autre. || {Liam

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Remember That Day :: || Les résidences de Buenos Aires || :: Recoleta; :: CASPIAN'S-