AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Partagez | 
 

 Entre parents ou futurs parents, on doit s'aider, non ? || {Warren

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Invité

« Invité »
IDENTITY CARD




MessageSujet: Entre parents ou futurs parents, on doit s'aider, non ? || {Warren   Ven 8 Juil - 13:29


Warren & Alaska ♥

    Samedi matin. Je décidais de me tirer du lit le plus tôt possible, c'est-à-dire aux alentours de neuf heures pour aller me glisser sous l'eau gelée de la douche. Je me lavais en quatrième vitesse, savourant tout de même la froideur autour de moi. Un gémissement franchit mes lèvres. Ça me faisait tellement de bien … Je ressortis de là rapidement et m'enroulant dans une serviette, je partis fouiner dans mon armoire à la recherche de quelque chose à me mettre sur le dos, comme tous les jours. Quand je ne sortais pas, ça allait. J'arrivais à rester dans un tee-shirt avec une culotte. Quand quelqu'un sonnait à la porte, j'enfilais mon bas de pyjama et j'allais ouvrir. Mais là … Je tirais sur une chemise que je passais par-dessus ma tête, après avoir enfilé mes sous-vêtements, spécialement acheté la veille. J'aurais pus continuer sur ma lancé, mais j'étais tellement fatiguée que j'avais préféré rentrer à la maison, remettant l'achat de vêtements de grossesse à demain. Je soupirais et une idée traversa mon esprit. Plutôt que de me faire mal au ventre en persistant à enfiler un short, pourquoi je ne mettais pas tout simplement mon short pour dormir ? Ou alors celui que j'aurais dû utiliser pour faire du sport ? Je me relevais et l'attrapais. J'enfilais une paire de sandales, récupérais mon sac à main et sortis de mon appartement, un paquet de gâteaux et une bouteille d'eau froide dans les mains.

    Je marchais dans la rue depuis un petit moment, tout en grignotant ce que j'avais dans les mains, cherchant où trouver des vêtements de grossesse. Je prenais le soin de mentalement insulter Thomas et de le traiter de tous les noms possibles et inimaginables. Si j'étais dans cet état, c'était de sa faute. Et de la mienne. Mais ce n'était pas moi qui avait installé cette graine dans mon ventre. Mais c'était moi qui ne prenait pas la pilule et qui n'utilisait pas de contraceptifs. En fait, on était tous les deux en tord. Je grognais et passais une main dans mes cheveux. Un jeune homme me bouscula, faisant tomber ma collation dans la rue. Je l'insultais, l'engueulant plus qu'autre chose, tout ça pour avoir fait tomber mes gâteaux au sol. Repas fichu, argent jeté. Je me baissais et ramassais l'emballage, avant de le balancer dans une bouteille. Les oiseaux ramasseront les miettes. Je partis en râlant vers le centre commercial. J'arriverais peut-être à trouver quelque chose de convenable dedans.

    Pendant de longues minutes je tournais dans les rayons vêtements féminins, sans rien trouver. Ne pouvait-il donc pas mettre un seul endroit pour les femmes enceintes ? Non ? Je zappais volontairement de faire les courses et ressortis de là, ma bouteille d'eau à la main. De loin, je remarquais un magasin pour les bébés. Ok, pas là-dedans c'est sûr. C'était le genre de boutiques où on vendait des poussettes, des landaus, mais certainement pas de quoi m'habiller. Je m'avançais vers un banc et posais ma bouteille dessus, avant de relever mes cheveux, dégageant ma nuque. Malgré l'ampleur de ma chemise, je mourais de chaud. Je me fis de l'air quelques secondes avec ma main, avant que mon regard ne soit attiré par un homme avec deux jumeaux. Je fronçais les sourcils, le regardant de loin. Peut-être qu'il pourrait répondre à quelques-une de mes questions … Oui, j'étais désespérée au point de demander d'aller demander des renseignements à un père de jumeaux. Je récupérais mon eau et en m'avançant vers eux, je vidais la bouteille, avant de la balancer au fond de mon sac. À leurs hauteurs, je me raclais la gorge légèrement, leur signalant ma présence.

    Alaska ♣️ Excusez-moi ? Est-ce que je peux vous poser quelques questions sur vos deux petits ? Je suis pas une journaliste ou quoi que soit, je veux juste quelques renseignements …

    Je tente un léger sourire au jeune homme avec les deux jumeaux. Je veux juste savoir si l'entretien de deux bébés ça coûte chère. J'aurais pus demander à Poppy, mais elle n'aurait put me répondre que pour un seul. Quoi qu'ils m'avaient bien abandonné par manque de moyen … Mais je ne connaissais pas le montant qu'ils avaient à ce moment-là. Si ça se trouve, ils ne m'ont même pas laissé à l'orphelinat pour ça, mais pour autre chose. Je ne sais pas moi … peut-être parce qu'ils n'arrivaient à s'occuper de moi et qu'ils se trouvaient trop jeunes pour être parents. Je passais une main dans mes cheveux et reportais mon attention sur les deux enfants qui me fixaient. Je les regardais sans vraiment savoir quoi faire. Leur sourire et leur faire un petit signe de la main ? Me présenter à eux ? Mon dieu ! Qu'est-ce que j'allais faire quand ils seront là, si je n'étais même pas capable de savoir comment agir avec deux enfants dans un magasin ? Certes, ce n'était pas les miens mais je n'avais jamais été mise en contact avec des enfants en si bas-âge. Ouais, j'étais foutrement dans la merde … Je secouais la tête de gauche à droite et clignais des yeux, avant de reporter mon attention sur le père. Je fronçais les sourcils et commençais à jouer avec mes mains, pas du tout à l'aise.

    Alaska ♣️ Je … ce que j'aimerais savoir, c'est … je sais pas comment dire ça … Est-ce que ça coûte chère, d'avoir deux enfants au lieu d'un ? Enfin … J'imagine que oui, mais j'veux dire … par exemple pour les nourrir ou j'en sais rien, moi !

    Je passais une main dans mes cheveux en soufflant. Tout ça me faisait peur. Ma mère, si on pouvait l'appeler comme ça, parce que depuis l'annonce de cette foutue grossesse, je n'avais plus de ses nouvelles, m'avait abandonné à trois mois. J'étais tombée chez un fou furieux et le seul élan maternel que j'avais pus connaître était venue de Maria. Et encore. Ils m'avaient plus appris à vivre, que m'élever vraiment. Je n'avais pas du tout d'instinct avec les enfants, je ne savais pas du tout comment j'allais me démerder toute seule, ni même comment je ferais quand les bébés seront là. Encore mieux, la seule éducation que j'avais reçu c'était celle d'un type qui me faisait faire pour les travaux de la maison. Est-ce qu'il n'y avait pas un mode d'emploi livré pour expliquer aux nouveaux parents comment faire ? Parce que ça m'aurait foutrement arrangé, je pense. Je soupirais et essayais de me calmer. Ils n'étaient même pas encore nés que déjà je paniquais et je racontais n'importe quoi.

    Spoiler:
     
Revenir en haut Aller en bas

avatar
« D. Warren Sullivan »
IDENTITY CARD

→ PAPIERS : 65



MessageSujet: Re: Entre parents ou futurs parents, on doit s'aider, non ? || {Warren   Mar 12 Juil - 5:19


    Samedi matin, et qui dit samedi, dit pas de crèche, donc journée entière avec les "ptits monstres" comme il aime si bien le dire. Warren était plutôt content que cette journée se lêve avec le soleil, au moins il n'aurait pas à rester enfermé tout la journée. Les jumeaux sachant marcher, le fait de devoir les garder à l'intérieur relevait du vrai parcours du combatant. Warren avait longtemps crut que les petits faisaient exprés de lui mener une vie d'enfer, histoire de le voir craquer. Il avait finalement changé d'avis lorsqu'il avait croissé un de ces anciens collègues papa qui lui avait certifié qu'ils étaient tous comme ça au même age. Rassuré ou pas, Warren n'avait pas d'autre choix que de continuer sa route longue et sinueuse dans l'éducation de "ses" enfants.

    Couché en travers du lit, il savait qu'il serait réveillé d'une minute à l'autre par l'un ou l'autre des petits, impatient de vivre cette nouvelle journée. Effectivement, il eut le temps d'ouvrir un oeil que déjà il sentit des petites mains s'accrocher au drap pour se hiser sur le lit. Au vut de l'empressement qu'il y mettait, Warren devina sans mal qu'il s'agissait de Noah. Warren ouvrit son second oeil et constata que le petit avec embarqué avec lui trois de ses doudou. "Noah je t'ai déjà dit que les doudous restaient dans ta chambre !", grogna Warren, encore à moitié endormi. "Mais maman elle disait que je pouvais", se plaignit le bambin. Maman, terme dont Warren se serait bien passé. Qui était sa mère d'ailleurs ? Kate ou June ? Ou aucune des deux ? Warren se releva et attira le petit bout contre lui. "Tu sais bien que maman est partit et moi je dis que les doudous sa reste dans ta chambre, c'est tout", il prit le ton le plus ferme qu'il pouvait face à un goss de 2 ans, qui était loin d'être le même ton qu'il avait longtemps prit avec son équipe lorsqu'il était en mission en Irak. Rien que d'y penser, cela lui manquait. Pas de voir des cadavres, mais le simple fait de se sentir utile à sa patrie, de savoir qu'il allait aider quelqu'un, n'importe qui et surtout, de ne pas avoir peur de demain car la vie lui semblait bien plus courte en uniforme de l'armée qu'en papa poule.

    Noah semblait avoir faim et réclama son déjeuner, comme de coutume. Le prenant sur ses épaules, ils migrèrent jusqu'as la chambre d'enfant où Zooey semblait dormir encore. Mais quand il posa Noah à terre et que, malgrés le bouhaha qu'il faisait, elle n'émergeait toujours pas, il commença à s'inquiéter. Se penchant au dessus de son lit, il constata que son dos était trempé de sueur et qu'elle semblait avoir du mal à resprier. Dorénavant au bord de la panique, il agita la petite jusqu'elle ouvre un oeil et se mette à pleurnicher du fait d'avoir était sortit de son lit. "Zooey sa va ma chérie ?", la petite hocha la tête avant de se frotter les yeux Soulagé, Warren prit conscience qu'il avait vut le mal tout de suite. Comment fait une mère en temps normal ? Elle s'inquiète immédiatement, elle relativise, elle pete les plombs ? Prenant la petite contre lui, il descendit à la cuisine, suivit de prés par Noah, toujours en ciulotte et trainant avec lui son ours en peluche fétiche. Finalement, la petit semblait allez bien hormis qu'elle avait le nez qui coulait. Par acquis de conscience, il décidea de prendre un rendez-vous chez le médecin dans l'aprés-midi. Heureusement pour lui, le service pédiatrique de l'hopital était ouvert de jour comme de nuit. Il savait que la consultation lui reviendrait plus cher que chez un pédiatre classique mais il s'en foutait royalement, la santé de "sa" fille était sa priorité.

    En sortant de l'hopital, quelques heures plus tard, Warren s'en tira avec une consultation exorbitante et des médicaments pour la petite qui souffrait "d'une allergie". Bien, la journée avait bien commencé. Sur le chemin du retour, il s'arétta au centre commercial afin de faire deux trois courses pour le diner de ce soir, même si il serait le seul à manger quelque chose de mangeable à defaults des petits et leur nourriture pour bébé. Finalement, il s'aretta dans une boutique pour enfant, même si il n'avait pas vraiment d'idée de quoi acheter. " Excusez-moi ? Est-ce que je peux vous poser quelques questions sur vos deux petits ? Je suis pas une journaliste ou quoi que soit, je veux juste quelques renseignements …", Warren se retourna et tomba sur une juene femme, plutôt mignonne, mais qui semblait être dans son assiète. Warren était un peu étonné qu'on vienne lui demander quelque chose, surtout affublé de deux petites erreurs à ses côtés. " Je … ce que j'aimerais savoir, c'est … je sais pas comment dire ça … Est-ce que ça coûte chère, d'avoir deux enfants au lieu d'un ? Enfin … J'imagine que oui, mais j'veux dire … par exemple pour les nourrir ou j'en sais rien, moi !", réussit t'elle à dire. "Oui c'est vrai que c'est surprenant des jumeaux mais on finit par s'y faire...vous allez bien ?", demanda t'il trés sérieusement devant le teint blanchatre de la jeune femme.

______________________





Warren . On croit toujours maitriser sa vie, savoir tracer son chemin. On croit fier de nous, avoir tout comprit. Jouer celui que rien n’ateint, en faite, on est sur de rien. Juste un homme qui grandit un moment dans sa vie. Juste un homme qui fait tomber les aprioris. Comme un homme sans abri, s’abandonne, se confie et qui donne tout ce qu’il a en lui. l'instinc masculin
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

« Invité »
IDENTITY CARD




MessageSujet: Re: Entre parents ou futurs parents, on doit s'aider, non ? || {Warren   Mer 13 Juil - 7:46


Warren & Alaska ♥

    Parfois, on agit sans réellement penser aux conséquences. Les bébés pouvaient en être un exemple. Ou ma peur de ce qui aurait put se passer après mon avortement. Si j'avais accepté cette solution, qui aurait finalement convenu à tout le monde, moi y comprit, est-ce que ça aurait été différent ? Est-ce que je serais toujours là ? Il était clair que si on m'avait retiré les fœtus, j'aurais eu énormément de mal à accepter le fait d'avoir enlevé un morceau de vie. Alors oui, j'étais peut-être psychologiquement instable, j'étais peut-être dangereuse, j'avais peut-être déjà deux tentatives de suicides en moins de deux ans, mais ils allaient me maintenir en vie. Il ne pouvait pas en être autrement. Je n'avais jamais rien eu. Personne ne comptait sur moi et je ne comptais pour personne. Peut-être mon meilleur ami, mais après avoir passé des années sans aucunes nouvelles, il était très clair, qu'il avait continué sa vie. Peut-être qu'il était même marié et lui aussi père de famille. Je n'en savais rien. Il avait toujours été le seul à m'accorder de l'importance et depuis que mes anciens tuteurs étaient morts, je n'avais plus rien eu. Et là, deux petits êtres comptaient sur moi. D'abord pour se former, puis ensuite pour grandir. Quelque part, ça me remplissait de joie, mais de l'autre ça m'effrayait à un point inimaginable. Et si je n'étais pas à la hauteur et que je foirais tout ? Je n'aurais pas de seconde chance avec eux. Certes, j'étais une femme et je pourrais toujours en faire d'autres, dans un futur très lointain, mais ça ne serait pas pareil. Qui me dit que se seront les enfants de Thomas cette fois ? Qui me dit que je n'ai pas de problème à cet accouchement et que je ne puisse plus enfanter ? J'avais besoin d'eux, autant qu'ils avaient besoin de moi simplement pour vivre.

    Déambulant dans la galerie marchande du centre commercial. J'avais l'impression de ressembler à un sac à patates avec ma chemise largement trop grande et l'impression que tout le monde devinait mon ventre, malgré tout. Je m'étais arrêté en plein milieu de l'allée, près d'un banc, après avoir écumé un rayon de vêtements féminins. Ma recherche n'avait aboutit à rien, à part avoir copieusement insulté Thomas. Je passais une main dans mes cheveux et les relevais sur le dessus de ma tête, avant de m'éventer quelques secondes. En voyant un jeune homme avec deux jumeaux, je réfléchis quelques secondes. Je pourrais très bien aller lui poser quelques questions, sans qu'il sache que j'étais enceinte. De jumeaux qui plus est. Je récupérais ma petite bouteille et m'avançais d'un pas indécis vers lui. Oui, j'étais peut-être en train de faire la plus connerie de ma vie, mais j'avais besoin d'être rassurée. Je lui posais une question, en balbutiant au possible. Je ne savais pas vraiment comment formuler cette putain de phrase et mon cerveau semblait décidé à se mettre en mode off. Quand je l'appelai pour la première fois, il se retourna assez surprit vers moi. Je déglutis et continuais sur ma lancée, avant que le peu de courage que j'avais ne disparaisse. Je réussis quand même à lui sortir quelque chose d'assez cohérent, bien que sa réponse ne me convient pas. Je mordis ma lèvre à la fin de sa phrase. Oui, j'allais bien. En fait, aller bien, dans mon sens. Je n'avais pas envie de me jeter d'un pont dans l'immédiat, donc c'est que ça allait. Le pire c'est qu'il avait eut l'air plus que sérieux en me demandant comment j'allais. Je plissais mon nez, ne sachant pas trop comment répondre.

    Alaska Heu … ouais, ça va … Enfin ... non, ça va.

    Je fronçais les sourcils, sans comprendre où il voulait en venir. Est-ce que le fait que je réalise toutes ces choses à propos de tout ce qui allait m'arriver, venait de se lire sur mon visage ? Probablement. Il avait sûrement vu que j'avais commencé à paniquer et il avait dût mal interpréter cette frousse qui était en train de me tordre l'estomac, et qui me donnait envie de vomir sur ses chaussures. Je pris une profonde inspiration et fermais les yeux, pour retrouver un semblant de calme. Mon ventre était noué, ma gorgé également. Je connaissais cette peur, presque habituelle, qui me tiraillait. Je soufflais et relevais le visage vers le jeune père, dont j'ignorais toujours le prénom. Finalement, c'était peut-être une très mauvaise idée d'être venu lui parler. Malgré, la présence des deux jumeaux derrière lui. Je retentais quand même, au cas où sa réponse soit différente. Je tentais de contrôler ma voix, mais elle tremblait légèrement malgré moi. Un pas en avant, dix en arrière.

    Alaska Mais … hmm … C'est pas compliqué de s'occuper de deux bébés en même temps ? Je sais pas trop comment expliquer ou comment dire, même. Par exemple si un pleure, il va forcément faire pleurer l'autre et seul, ça doit être compliqué, non ? Enfin j'dis ça, mais vous devez être marié, donc ça sert à rien. À deux c'est toujours plus simple. Ouais, donc je vais y aller. Désolée de vous avoir dérangez.

    Je me donnais une immense claque mentale. Quelle idiote, mais quelle idiote ! Je passais mes doigts dans mes cheveux attachés et relevais mon sac sur mon épaule. Je levais la main pour faire un petit signe aux deux jumeaux derrière l'homme que je venais d'aborder, ainsi qu'un léger sourire au père et aux deux enfants. Je ramenais mon sac contre ma poitrine et jetais ma bouteille d'eau à l'intérieur. Je le serrais devant moi, par peur ou je ne sais quoi. En fait, il m'intimidait. Il y avait quelque chose dans son attitude. Ma chemise se releva légèrement dévoilant et épousant l'arrondi que faisait mon ventre. Je me dépêchais de la rabaisser, en espérant qu'il n'ait rien vu. Je ne voulais qu'il sache que j'attendais deux enfants à seulement dix-neuf ans, même s'il ignorait tout de moi, jusqu'à mon prénom et mon âge. Je croisais mes bras sur ma poitrine et détournais le regard presque gênée. Je commençais à reculer tout doucement, refusant de lui tourner le dos. J'avais peur. La vérité était telle qu'il dégageait quelque chose qui m'effrayait complètement. Moi qui pensait avoir réussi à me débarrasser de ce fichu passé, j'en étais encore loin.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
« D. Warren Sullivan »
IDENTITY CARD

→ PAPIERS : 65



MessageSujet: Re: Entre parents ou futurs parents, on doit s'aider, non ? || {Warren   Ven 22 Juil - 4:17

    Warren regrettait souvent de n'avoir pas put "vivre" la grossesse des jumeaux. En réalité, il se sentait un peu en retrait lorsqu'il les voyaient. Etranger. Ses petits, il les aimaient, il en était fou bien qu'il pouvait montrer le contraire par moment. Il trouvait toujours en eux quelque chose de nouveau, comme un gout prononcé pour le dessin pour Noah ou un vrai penchant pour le chocolat pour Zooey. Cependant, il avait parfois l'impression de ne pas les connaitre réellement, de ne pas savoir qui ils sont, alors qu'il vit avec eux en permanence. "C'est normal Mr.Sullivan, vous êtes dans une phase dites d'adaptation. Vous commencez tout juste à les considéré comme vos propre enfants. Cela demande du temps parfois vous savez, ne vous inquietez pas, tout finira par rentré dans l'ordre", lui avait dit un jour un pédopsychiatre. En réalité, Warren n'avait pas eut le choix de la voir. Vut la situation peu commune des jumeaux, Warren était tenut de les emmener voir régulièrement un psy pour enfant, bien qu'il trouvait ça complétement stupide. De plus, il avait plus l'impression que la séance lui était déstiné, ce qui l'agaçait prodigieusement. Pourquoi rentrer dans l'ordre ? Cela voulait-il dire que quelque chose n'allez pas ? Qu'il s'y prenait mal ? Warren n'avait jamais connut le sentiment de culpabilité avant ça mais maintenant qu'il se retrouvé père apprentit, il avait l'impression de tout faire de travers. Oui, la vie avec les petits n'avait rien de trés facile et c'était souvent compliqué, mais il s'y faisait et commencé même à y prendre gout.

    Alors que Zooey c'était mise en tête d'enfiler un short par la tête et que Noah tiré sur la manche de Warren pour lui montrer un jouet fort intéréssant, Warren se fit interpeller par une jeune femme. Elle avait l'air dragile, presque en detresse... "Heu … ouais, ça va … Enfin ... non, ça va", mouais. Elle pouvait y croire à son mensonge mais Warren, lui, n'en croyait pas un mot. C'était pas trés compliqué : une fille qui bafouille, qui tremble légèrement et qui semble à deux doight de la naussée ne peux pas allé bien, c'est tout. Inquiet, il prit Noah dans ses bras pour l'empéché de fuir et se mit face à la jeune femme, montrant de son doigh un siège pas loin. "Asseyez-vous, vous avait une mine affreuse", dit-il avec la plus grande franchise. Bon d'accord, il n'était pas trés doué pour y mettre les formes. Warren n'avait jamais sut être prévenant, c'était comme ça et regretta de lui avoir dit les choses comme ça. Une fois qu'elle fut assise, il se mit à son niveau en vérifiant qu'elle n'allait pas tomber dans les pommes, Noah tout pret de lui, cherchant surement à faire une bétise. Elle était complétement paniqué et chercha à fuir. Sans rien comprendre, Warren la vit se relever et s'excuser, prête a partir. "Attendez. Je vous cache pas que des jumeaux c'est beaucoup de boulot, c'est souvent un vrai cauchemard mais c'est aussi magnifique, tout depend du moment", ses paroles avaient eut don de la retenir puisqu'elle ne bougea pas d'un pouce. Marié ? Oui enfin si on peut dire, pensa t'il amerement, furieux contre June qui l'avait abandonné avec les petits sur le dos. "En fait je m'en occupe seul, donc raté. Et puisque qu'on joue à ça...", il regarda alors son ventre et constata qu'elle attendait un enfant, il l'avait bien vut lorsqu'elle c'était retourné. "Vous êtes enceinte, c'est ça ?", dit-il, toujours aussi direct.

______________________





Warren . On croit toujours maitriser sa vie, savoir tracer son chemin. On croit fier de nous, avoir tout comprit. Jouer celui que rien n’ateint, en faite, on est sur de rien. Juste un homme qui grandit un moment dans sa vie. Juste un homme qui fait tomber les aprioris. Comme un homme sans abri, s’abandonne, se confie et qui donne tout ce qu’il a en lui. l'instinc masculin
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

« Invité »
IDENTITY CARD




MessageSujet: Re: Entre parents ou futurs parents, on doit s'aider, non ? || {Warren   Sam 23 Juil - 13:49


Warren & Alaska ♥

    Quand il tendit son bras pour me désigner un siège, je ne pus empêcher mon corps de frissonner. De peur ? D'appréhension ? De quoi au juste ? Je l'ignorais complètement. La seule chose que je voyais et qu'à présent je savais, était que je n'étais toujours pas guéri de mon mal-être. J'avais toujours aussi peur dès qu'un homme, inconnu, m'approchait ou que j'allais ver lui. D'ailleurs, d'où venait cet excès de témérité ? Je soupirais et passais une main dans mes cheveux attachés. Je me laissais presque tombée sur le banc, indiqué par le jeune homme quelques secondes plutôt. J'allais bien. Enfin je crois. C'est vrai que j'avais peur qu'il puisse avoir une quelconque réaction, mais je n'étais pas en si piteuse état quand même. Ou alors, il avait dût voir mon ventre arrondi par les trois mois de grossesse et en voyant ma peau pâle, il a dût penser que je me sentais mal et m'a ordonné d'aller m'assoir. J'ai tenté de reprendre contenance, obstruant toute cette terreur qui tordait mon ventre. C'était mauvais pour les bébés, j'en étais sûre et certaine. Je passais mes mains sur mon visage et sentant la chemise se coller contre ma peau, je continuais à le questionner. Pourtant, je me relevais en vitesse, ma tête tournant quelques micros secondes. Quand sa voix s'éleva, je m'arrêtais et l'écoutais. Tout était bon à prendre. Sauf que dans mon mouvement, la chemise avait bougé et dévoilais très légèrement l'arrondi qui pointait entre mes hanches. Pourquoi des jumeaux ? Pourquoi pas un seul bébé ? On aurait absolument rien vu à trois mois. Enfin si, mais beaucoup moins que maintenant j'en étais persuadée. Je poussais un petit gémissement de frustration imperceptible. Je m'étais remise face à lui, alors qu'il continuait de parler. Je reculais d'un pas sous la surprise de sa dernière question. Mes sourcils se froncèrent et je contrôlais mes mains pour ne pas qu'elles se posent sur mon ventre. J'essayais de parler d'une voix forte et claire, mais j'avais l'impression de ressembler à un petit agneau.

    Alaska Hein ? Mais non, pas du tout ! J'ai … j'ai un peu trop forcé sur la mal-bouffe et voilà le résultat.

    Je baissais la tête, ne voulant pas qu'il croise mon regard. J'essayais moi-même de me convaincre de ça. Même après les avoir vu l'échographie, je ne pouvais pas encore réalisé. C'était trop d'un seul coup. J'arrivais à peine à aller droit, avant ma rechute et cette nouvelle tentative de suicide avec Rose, que je me retrouvais enceinte. Je l'apprenais quelques semaines après le départ de Thomas, qui m'avait laissé à mon réveil, à l'hôpital. Tout c'était enchaîné. Même si je n'avais aucune envie de me raccrocher à la vie, même si je ne voulais plus me battre contre tous ces flots, mais simplement me laisser porter pour survivre, j'étais obligée de faire des efforts et de continuer, pour garder les bébés en vie. J'aurais pus avorter et continuer ma vie comme si de rien n'était, mais je ne l'aurais pas supporté. Puis cette raison était sûrement idiote, mais j'aurais trop culpabilisée vis-à-vis de Thomas, j'aurais été obligée de lui dire, et dieu seul sait ce qui serait arrivé. Lentement, je me dirigeais vers le bac que je venais de quitter, quelques instants plus tôt. J'étais fatiguée et j'aurais voulu m'allonger dans mon grand lit et m'endormir. Je me laissais tomber, ramenant mon sac sur mes genoux, contre moi. Je soupirais et fermais les yeux, pinçant mes lèvres. J'avais envie de pleurer et de me mettre à hurler. Je gardais le visage baissé et au fur et à mesure de mes paroles, mon nez se releva et j'ancrais mes yeux dans les siens. Je me redressais complètement, essayant de faire ça à tout ça.

    Alaska J'ai … bon ok. Je suis enceinte de trois mois et … ce sont des jumeaux … et j'ai peur. J'ai terriblement peur alors que j'en suis à trois mois, mais j'ai dix-neuf ans, le père c'est barré je ne sais trop où et j'ai peur qu'on me les retire à leurs naissances … Et si je peux les garder, ça me terrorise complètement parce que j'ai peur qu'il ne soit pas revenu et je devrais faire face à tout ça toute seule. Puis je sais pas. J'ai jamais eu de parents et ça me terrorise complètement, parce que j'ai aucun instinct avec les enfants et j'ignore comment faire.

    J'étais tellement pathétique et idiote de penser à ça. C'était tellement stupide penser à ça maintenant. Ses peurs n'avaient pas lieu d'être. Pas maintenant du moins. J'avais encore six mois pour réfléchir à tout ça, pour prouver que je pourrais m'occuper de mes enfants, montrer aux assistantes sociales que, même avec mon passé de toxico, j'étais capable de prendre soin de mes enfants. Je n'avais pas repris une seule goutte d'alcool depuis un an et demi. Je n'avais pas touché un seul rail ou une seule seringue depuis Londres. Certes, j'étais instable. Mais tout ça est dans le passé. Les bébés seraient ma nouvelle raison de rester en vie. J'allais me raccrocher à eux. J'allais avoir besoin d'eux. Je repris ma place initiale, posant mes coudes sur mes genoux, ma tête entre mes mains. J'avais perçu quelques regards se poser sur moi et détailler ma silhouette, quand j'avais dis être enceinte. Ils avaient été plus francs quand j'avais annoncé mon âge. Comme si être enceinte si jeune était quelque chose de mal. Peut-être que oui, parce que je n'avais rien. Mais je voulais croire qu'il y avait quelque chose de bien dans cette grossesse. En dépit de mon jeune âge, en dépit de mon manque plus que certain de moyen. Si on en enlevait tout ça, que me restait-il ? La joie de porter la vie ? Je ne voyais pas vraiment ça comme quelque chose d'heureux. La seule chose à laquelle j'arrivais à penser était, que d'une manière ou d'une autre, dès l'instant où les bébés seraient nés, tout deviendra compliqué. Pourtant, je savais qu'ils allaient me maintenir en vie pour, je l'espérais, encore de longues années. Je passais mes mains dans mes cheveux, en soupirant. Mon attention était toujours fixé sur le jeune papa face à moi et j'attendais une quelconque réaction de sa part. Je ne le connaissais pas et pourtant, ce qu'il allait me dire me tenait à cœur. J'avais besoin d'être rassurée.
Revenir en haut Aller en bas

« Contenu sponsorisé »
IDENTITY CARD




MessageSujet: Re: Entre parents ou futurs parents, on doit s'aider, non ? || {Warren   

Revenir en haut Aller en bas
 

Entre parents ou futurs parents, on doit s'aider, non ? || {Warren

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Remember That Day :: || Les arrondissements de Buenos Aires || :: Retiro; :: Le centre commercial-